Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Pierre Thévenin

J'Y CROIS PAS!

 

Signée Orimont Bolacre ( enchantée ! Moi, c'est Mère Teresa ! ), il s'agit d'une réponse à Stéphane Hessel.

30 pages, même format, même présentation. Editions David Reinharc. Un opuscule publié à la demande d'un certain Renaud Camus qui semble vouloir se présenter à la Présidentielle mais que, personnellement, je ne connais ni d'Eve ni d'Adam.

Le ton est patelin, faussement bonhomme. On commence par exprimer l'admiration que l'on éprouve pour le grand Résistant que fut Hessel tout en se montrant un rien agacé par l'obstination du susdit à rappeler son âge canonique et en regrettant de n'avoir pas trouvé dans « Indignez-vous! « de révélations fracassantes.

C'est occulter le contexte : l'ouvrage ne fait que reprendre un discours de Hessel sur le plateau des Glières destiné à stigmatiser la récupération de ce lieu de mémoire par Sarkozy. Il y est question de réveiller, non de révéler.

 

L'auteur, en revanche, se dévoile au fil des pages ( il ne nous cache que sa véritable identité et la marque de son convertible sur la présence duquel il insiste pourtant afin de bien nous faire comprendre que lui n'est pas ambassadeur ) : ayant quitté l'école après son bac, il n'est pas encore arrivé, à 31 ans, à avoir une situation stable ( on veut bien le croire, il n'est pas le seul ).

 Il est issu de l'immigration, ses arrière-grands-parents s'étant installés en France dans les années 1920 et n'ayant bénéficié ni de la CMU ni de l'AME ni du RSA ( les Français « de souche » non plus à cette époque ).

Actuellement, grâce à ces aides publiques et aussi un peu à Hortefeux et à Besson, les étrangers sont accueillis on ne peut mieux dans notre patrie des Droits de l'Homme ( quand on pense, ça c'est moi qui l'ajoute, qu'on leur paye même le billet de retour ! ).

Quelques piques plus loin ( notamment contre les Français « de papiers « qui crachent volontiers dans la soupe ), piques entrecoupées, certes, de remarques à priori acceptables mais pas suffisamment nuancées sur la dégradation des méthodes d'enseignement ( avec une charge lourdingue contre le livre et le film " Entre les murs " ) et autres dénonciations du politiquement correct, puis de considérations également recevables sur l'injuste répartition des richesses, on en arrive, page 24, au commentaire suivant :

« En effet, il était très simple pour les Français de 1940 de comprendre ce qui se passait. Une armée étrangère occupait le pays, défilait dans ses rues, parlait une langue étrangère, imposait de nouvelles règles ... de savoir sans l'ombre d'un doute qu'il y avait des Allemands d'un côté et des Français de l'autre. »

Le monsieur retarde d'une guerre : en 14 – 18, ( et la non-occupation du territoire n'y change pas grand-chose ) il y avait entre autres belligérants les Français et les Allemands. Par peuples interposés à leur corps défendant, les deux gouvernements de part et d'autre du Rhin s'affrontaient. En 40, on n'avait pas affaire à une guerre entre nations mais entre idéologies : la démocratie contre l'hitléro-pétainisme. D'ailleurs, Stéphane Hessel n'est-il pas allemand ?

Et, page 25 :

« je suis indigné et estomaqué que des humanistes se montrent si complaisants envers les exigences de plus en plus pressantes d'une partie de la population »

 Page 27 :

« ... je trouve infiniment triste qu'ils ( " certains Français " ) parviennent à embarquer dans leur entreprise d'effacement d'un peuple au moyen de la falsification de la réalité un ancien combattant de la France libre qui s'est précisément battu pour la liberté de ce peuple. »

Autrement dit, pardonnez à Monsieur Hessel ! Il ne sait pas ce qu'il fait. Dame, à 92 ans!

Dernière critique (pages 27-28) :

« ... il est pour le moins étrange ... de ne pas trouver un seul mot d'indignation universelle , par un bref passage en revue international, pour aucun autre pays " ( qu'Israël ) « Asie ?  R. A. S. Moyen-Orient ? Labès chouia. Afrique ? Où est le problème ? Amérique du Sud ? Nada. Israël ? Gross Malheur. "

Actuellement, la question palestinienne est peut-être tout simplement la plus sensible du point de vue géopolitique, comme c'était le cas de Berlin au temps de la guerre froide, Gross Malin !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article