Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Pierre Thevenin

Un coup de gueule,  une fois n'est pas coutume, en faveur du gouvernement :

 

 

Num-riser0010.jpgPour une fois que nos dirigeants agissent efficacement contre l'insécurité ( sur les routes ), il faut que les élus UMP protestent pour complaire à leurs beaufs d'électeurs.

Aux connards qui stigmatisent à tout bout de champ les jeunes de banlieue et poussent les hauts cris parce qu'on veut supprimer les panneaux annonçant les radars. Ils ont déjà réussi à faire alléger le système du permis à points.

Sur les routes de France, entre 1972 et aujourd'hui, on est passé de plus de 16000 à environ 4000 tués. Est-ce qu'il ya 4000 assassinats chaque année dans les banlieues ?


Avec leur " culture " de la vitesse et de la cuite, ils n'imaginent pas un seul instant qu'ils ont entre les mains une arme redoutable. Si les radars ne sont plus annoncés, disent-ils, 10 000 000 de Français vont perdre leur permis de tuer ( pardon, leur permis de conduire ). Tant mieux !


La délinquance routière est la pire de toutes parce qu'on met en péril la vie des gens en toute bonne foi. Alors, espérons que le gouvernement tiendra bon.

Evidemment, je ne vais pas pour autant voter Sarko en 2012. Mais quand, d'aventure, la droite prend une mesure salutaire, il faut le dire !

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

franck 24/05/2011 08:51



Quand on connait bien Astérix, on comprend tout du Francais moyen: un être dégénéré noyé dans un mélange de cultures qu'il ne comprend pas du tout.


Un latin qui rêve du grand nettoyage à l'allemande, un extrémiste de gauche


qui vote extrême droite. Confusion des genres, des styles, interdit d interdire, sous les pavés, la plage?


Non, sous les pavés le cimetierre, mais ca c'est incompréhensible pour notre joyeux franchouillard (et franchouillarde pour ne pas vous oublier mesdames).


3 morts par heure,en france sur les routes.


L'enfer c'est les autres.


 Jean Paul Sartre.