Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par elsapopin

 

Pour ces fêtes de fin d'année 2019, j'ai pris la décision de remettre en ligne ce merveilleux conte de  Noêl que Carmen avait la gentillesse d’offrir aux lecteurs du Dix Vins Blog à l’hiver 2017. Un conte de Noël qui se passe dans notre région et s’appuie sur ses traditions et sur sa réalité historique : « La galoche du Père Noël nous rappelle la merveilleuse aventure qu’était ce petit train à vapeur qui traversait notre Pilat il y a fort longtemps (de 1901 à 1931), desservant ainsi les villages les plus éloignés : Pélussin, la Terrasse-sur-Dorlay ou encore Chuyers (le Tacot) et de Saint-Héand à Maclas (la Galoche) en desservant une partie du Pilat.

Carmen a eu la belle idée de lier l’histoire de ce petit train et de ses passagers à celle de Noël, donnant ainsi naissance à ce conte que petits et grands ne pourront qu’aimer tant il est dans l’esprit de Noël : paix, solidarité et amour, ces sentiments qui de nos jours font défaut à tant d’humains qui ne pensent qu’au profit et au pouvoir !

Merci Carmen de nous rappeler que l’important c’est l’amour, l’amitié et la solidarité que l’on partage avec les autres au-delà des préjugés et des a priori. 

Elsapopin

C'était la veille de Noël. Barbe-Blanche, le Père Noël, avait préparé avec ses lutins les cadeaux et le traîneau. Il appela ses quatre rennes partis se détendre dans la plaine. Ils ne lui répondirent pas. Alors il alla les chercher très en colère :

- Eh bien, que faites-vous ? Nous devrions être déjà partis !

Les rennes alors lui répondirent :

- Nous ne voulons pas travailler cette nuit ! Nous voulons nous aussi profiter de Noël !

- Mais, dit Barbe blanche de plus en plus en colère, les enfants nous attendent !

– Nous aussi, nos enfants nous attendent ! répliqua Domi, le chef des rennes !

– Mais enfin , jusqu’à présent vous étiez d'accord !, ajouta le père Noël de plus en plus rouge !

– Justement !, ajouta Sido, le deuxième renne. Nous voulons dorénavant nous reposer cette nuit de Noël !

– Et comment vais-je faire ?, pleurnicha le Père Noël.

Le troisième renne, Rémi, lui répondit :

– Prenez les chiens ! Ils courent vite !

– Vous savez très bien que les chiens ne peuvent pas voler comme vous ! Allez, que voulez-vous en récompense ?

Rémi, Domi et Sido secouaient leurs grands bois, montrant leur refus. Mais Solla, la petite renne, semblait partagée. Aussi le Père Noël s'adressa-t-il à elle :

– Je vous promets que, l'année prochaine, j'embaucherai d'autres rennes et comme cela nous alternerons : une année sur deux vous aurez votre nuit de Noël avec vos petits ! La mère Noël vous préparera un bon repas quand nous serons de retour. Vous aurez un grand repos aussi !

Solla approuva :

- Que faire ?, dit-elle. Les enfants nous attendent, et la proposition du Père Noël est fort équitable !

Rémi qui était amoureux de Solla accepta, lui aussi, l'offre du Père Noël.

C'est ainsi que le père Noël, aidé de son frère Barbe-Rouge, attrapèrent les deux autres rennes récalcitrants. Ils les attachèrent en seconde position sur le traîneau et mirent en tête Solla et Rémi.

-En avant ! hurla le Père Noël ! Il faut rattraper le retard !

Le traîneau volait ,volait de plus en plus vite. Il atterrissait sur les toits des maisons des villages et des villes et repartait de plus belle.

Le père Noël descendait promptement dans les cheminées et remontait.

Il faisait attention à ne pas commettre d'erreurs de commandes...Il avait déjà fait presque toute sa tournée lorsqu'il arriva dans notre région, dans les montagnes du Pilat.

Là, il se passa quelque chose d'étrange.

Le traîneau, qui volait, eut une panne lorsqu'il survola la montagne mystérieuse du Pilat et dut se poser en urgence !

- Une panne ! Le traîneau ne fonctionne plus ! criait le Père Noël désespéré. Il me reste tous les villages des montagnes à desservir !

Les deux rennes Domi et Sido qui avaient été attachés de force en profitèrent pour s'échapper et s'enfuirent dans la forêt.

- Revenez, revenez, criait-il. Alors Solla et Rémi partirent à leur recherche, laissant Père Noël tout seul dans l'étendue blanche.

Le paysage était magnifique, immaculé de neige. Les sapins immenses ressemblaient à de grands personnages endimanchés. C'est alors que Père Noël entendit un sifflement étrange : un petit train, sorti de nulle part, apparut à quelques pas du traîneau. Le père Noël était perplexe et n'en croyait pas ses yeux :

- La Galoche, murmura-t-il.

Or, le petit train du Pilat ne fonctionnait plus depuis des années. Et pourtant c'était bien la « Galoche » comme on l'appelait, ce petit train des montagnes du Pilat, qui venait de stopper à quelques pas du Traîneau et du Père Noël. Le conducteur Auguste en sortit et cria :

- Alors Monsieur Noël, en panne ?

Alors, le père Noël ne se posa pas plus de questions : c'était Noël et durant la nuit magique entre toutes, tout pouvait arriver.

- Eh oui, une panne de traîneau et mes rennes qui se sont enfuis ! Je suis fort en retard pour les enfants ! Pouvez- vous m'aidez ?, demanda-t-il

- Que oui, Père Noël ! Répondit Auguste. Je vais accrocher votre traîneau à la Galoche et comme cela vous pourrez poursuivre votre tournée. Je veux bien être votre assistant !

- Magnifique ! cria le père Noël tout heureux.

Et la Galoche, comme l'appelait Auguste, redémarra, entraînant avec elle le traîneau de Noël à travers les monts du Pilat.

Et c'est ainsi qu' Auguste aida le père Noël à finir sa tournée. Tous les cadeaux furent déposés dans les souliers des enfants qui habitaient loin dans la montagne. Puis, de retour chez lui, Auguste, aussi menuisier très habile répara le traîneau du Père Noël. Après quoi, fatigués de leur nuit, les deux vieux messieurs se reposèrent enfin. Dehors déjà  le jour pointait.

- Je dois retrouver mes rennes ! Expliqua le père Noël !

- J'espère qu'il ne leur est rien arrivé ! répondit Auguste.

- Rien arrivé ? Releva le père Noël.

 - Eh oui ! Il y a toujours des loups dans nos montagnes ! Je n'ai pas voulu vous inquiéter hier car la distribution des cadeaux était la chose prioritaire. Mais c'est une réalité !

- Retournons de suite à l'endroit où vous m'avez récupéré ! S'écria Noël , effrayé. Espérons que rien de mal n'est arrivé à mes amis.

- Je vais chercher mon fusil et demander l'aide des gardes-chasse .

 

Tout ce monde monta dans la Galoche qui retourna à l'endroit où le traîneau avait atterri. Face à eux, tout en haut de la montagne, les hommes assistèrent à un spectacle à la fois beau et hallucinant : les quatre rennes étaient dos au soleil levant et braillaient. A quelques mètres d'eux, en contrebas,  une meute de loups les encerclait. Auguste et les gardes tirèrent dans leur direction. Plusieurs loups furent touchés et les autres s'enfuirent. Les quatre rennes dévalèrent la colline et s'approchèrent du Père Noël :

- Pardon père Noël ! Dirent Sido et Rémi ! Pardon pour vous avoir désobéi ! Merci d’être venus nous sauver !

Comme c'était le jour de paix, le père Noël pardonna à ses rennes rebelles, et remercia chaleureusement Auguste et les gardes-chasse ainsi que la Galoche. Curieux,il posa cependant la question qui lui brûlait les lèvres depuis le début de cette étrange aventure :

- Dites-moi Auguste, la Galoche ne fonctionne plus depuis des décennies, n'est-ce -pas ?

Auguste sourit ainsi que les forestiers et expliqua :

- C'est une nuit unique, la nuit de Noël, une nuit spéciale, magique,  où tout peut arriver. Surgir du passé, ou de l'avenir : l'espace-temps n'a plus de frontières ! Au revoir, Père Noël, et continuez à faire rêver les enfants et les grands ! C'est votre mission !

Auguste et les gardes remontèrent dans le petit train qui disparut dans le merveilleux paysage enneigé du Pilat... Le père Noël attela ses rennes au traîneau qui était réparé à présent, et ils s'envolèrent dans le ciel jusqu'au royaume des neiges, où leurs familles les attendaient. Noël raconta aux lutins et à la mère Noël ainsi qu' à ses enfants , son étrange aventure qu'il appela  la « Galoche du père Noël ».

On dit qu'en cas de nécessité, de danger, la Galoche peut réapparaître la nuit de Noël pour venir en aide à des voyageurs égarés ou en difficulté. Alors, si d'aventure, vous êtes perdus dans le Pilat, cette nuit-là, et que vous voyez un petit tacot avec une fumée bleue d' étoiles s'échapper de sa cheminée, soyez rassurés et heureux. C'est La Galoche, revenue du passé pour vous aider, comme elle l'a fait, il y a fort fort longtemps pour le père Noël !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article