Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Dans la première nuit d'automne
J'ai planté quelques songes
Nos corps spongieux s'étonnent
Il y a ce désir qui ronge
J'ai sauté par-dessus la barrière
Comme un mouton fripon
Qu'y a-t-il derrière ?
Donne-moi le ton
Celui de la désinvolture
N'ayons l'air de rien
Soyons ce morceau qui fièvre
Soyons le feu qui élève
Les mots brûlants sur les lèvres
Une musique qui explose la sève
Je te souhaite la montée du siècle
Sans aucuns subterfuges
En mille débordements
Dans mon corps trouve refuge
Je suis ta dernière villégiature
Bravons à coup de liesse l'usure
Et soignons nos morsures
Sans foi, j'en suis sûre
Ta vie est dans ma quête.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article