Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Bon sang, que le monde est un désert parfois.
Loin des humains et de leurs mains de désir,
Il faudrait pouvoir mentir et s'inventer un dieu.
Ou au moins un ami, et peupler un peu le vide.
Mais pas de mendicité facile à notre enfance !
Nous ne dormirons jamais dans le même lit
De pierre bâti pour y tenir l'autre serré.
Nous partageons déjà à même la terre,
Les haltes brèves et gourmandes du désir
(Sans trop nous y attarder de pur plaisir).

Ah, mes amis. Ah, mes amours ...

Nos quatre mains d'enfance joueront-elles parfois
Aussi, à tendre des lianes, sous la canopée?
Pour y tisser le soir de précaires nids de feuillage.
Rencontres nocturnes furtives et tendres.
Un frisson effleuré en douce, dans le murmure
Des frondaisons, où se balancent, ensommeillés,
Nos pudiques lézards apprivoisés. De très loin ,
Tout en dormant, je te tendrai un peu la main
Pour partager la tendresse en deçà du désir.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article