Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives


Cent-mille nuits après l’espoir,
Je traîne ma carcasse sur les bordures du Monde…
Besoin d’espace et idées noires…
Restes de vies clouées au bar,
J’vois ton visage entre deux rondes.
Je fais comme je peux…
Pour pas me foutre en l’air ;
Pour pas quitter la Terre.
Putain de solitude !…
Putain d’vie sans couleur…
Je fais comme je peux, pour un peu de douceur.

J’voudrais que tu sois là ;
Que tu m’prennes dans tes bras…
Et que tu me murmures :
« Ça va aller, ne t’en fais pas.
Ça va aller… tu verras... »
J’brise mes doigts contre les murs,
Pour voir si en-dedans,
Il me reste du sang…
Ce soir je tremble et je m’effrite ;
Ce soir j’crève de toi…
J’voudrais que tu sois là…

Cent-mille nuits loin de tes reins,
Loin de tes yeux, loin de tes mains !…
Je me demande si
J’pourrais encore quitter ma cage ;
Si j’peux encore calmer ma rage…
Je ne suis pas serein, privé de ton sourire !
C’est toi ma chute et mon empire… 
Restes d’humain sur le trottoir,
J’ai envie de vomir… 
Je me demande si
Privé de ton parfum je suis toujours quelqu’un de bien…

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article