Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

D’un leu raconte sanz gabois
Que famine chaça d’un bois,
Et ala querre sa pasture.
Lez un mesnil, par aventure,
Trova un fouc d’oues paissant :
Cele part vient le col baissant,
Arriers le fouc en ataint une
Qui n’estoit pas de la commune;
Aus dens l’aert quant l’a atainte.
Mais ne l’a mie si estrainte,
Qu’au bois ne l’enport toute vive.
Ha ! fet l’oue, lasse chetive,
Com sui née de plus male eure
Que ma compaigne qui demeure !
Il n’en i a nule remese ,
Ne soit rostie lez la brèse,
D’aigret confite et de vinaigre,
Il n’en i a nule si maigre,
Ne soit mise par escueles.
De sons, de noies, de viéles
Seront tiut li morsel conduit,
Et je morrai ci sanz deduit ,
Jà n’i aura feste ne joie.
En non Dieu , dist li leus, dame oie,
Nous chanterons, puisqu’il vous siet;
Sor les piez derrière s’assiet,
En sa goule bouta sa poue,
A huller prist; et quant dame oue
Se senti des denz alaschie,
Dont souffert ot si grant haschie,
Sagement trait à li son col,
Si a bien regardé son vol,
Sor un chesne a son cors gari.
Es-vos le leu si esmarri,
Si esbahi et si plain d’ire,
Que par pou sa pel ne deschire,
Quant voit qu’il a l’oue perdue ;
De mautalent li cors li sue,
Quant ne se puet vengier aillors.
En reprovier a dit li lous,
Mal chanter fet devant mengier,
Je l’ai ore comparé chier.
Lors se porpensse qu’il fera,
Et dist qu’encor retornera
Arriers aus oues hors du bois.
Lors s’en issi tout demanois,
Une en trova qui paissoit seule
Aus chans ; si la prist en sa gueule,
Si l’enporta au bois fuiant,
Là la menja tout maintenant ;
Ainz qu’il chantat l’a dévorée ;
Sa pance en a bien saoulée.
Quant mengié ot à grant plenté,
Lors dit, c’orains avoit chanté
Devant mengier, si fist que fols,
L’oue en perdit à tout les os,
Et dist jamès ne chantera
Devant que il inengié aura ;
Quant il aura mengié assez,
Lors chantera s’il n’est lassez.
Ce nous dist li lou lozengier,
Dehait chanter devant mengier.
Encor en tienent la coustume
Du leu, tuit li vilain enfrume
De la coutume vile et orde,
Où tout li plus du mont s’acorde ;
Li plus du mont ne que li lous
N’est liez devant qu’il soit saouls,
La coustume au leu tienent tuit,
Ne savons fere nul déduit
Devant que nous soions tuit plain,
Ci faut du leu tout main à main.

Dessin de Daniel Allemand

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article