Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Supposez que votre voisine

Vienne chez vous sans crier gare,

Disant : " Votre vue me fascine

Et mon mari est chef de gare ".

 

Ce soir-là, de votre maman

Déplorant la disparition,

Vous avez opportunément    

Grand besoin de consolation.

 

Rien ne vaut de telles circonstances

Pour nouer sous le patronage

De cupidonesques instances

Des rapports de bon voisinage.

 

Après quelque temps vous verrez

peut-être ladite voisine

Faire le gros ventre et puis entrer

Dans les affres de la gésine.

 

Devant le fruit de ses efforts,

En vous adressant des regards, 

On dira : " Qu'il est beau et fort, 

Le dernier-né du chef de gare ! "

 

Je vous sens, ne le niez-pas,

frétiller de contentement

A la pensée d'être papa,

Qui plus est sans engagement.

 

S'il s'avère que le petit

A mesure qu'il va grandissant,

Est le pire des abrutis,

Libre à vous de faire l'innocent.

 

J'interromps là mes hypothèses

Car je crains de manquer d'égards

 tous ceux qui, là-bas, se taisent

Avec leurs airs de chefs de gare.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article