Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

nos bouches écornées 
dans les plissures d'hiver
le silence a une forme de minerai
qui ressemble à une tombe
les jours sont comptés
la mer se retire
le lit couche nos cadavres
et la femme automne
fleurit à un nouveau mon plumard
sainte couleur d'octobre
ça ressemble
à mes orties qui piquent
et les feuilles automne
sont tombées depuis longtemps
depuis je compte les mois
pour retrouver octobre
dans mes chemins parisiens
et finir à genoux 
les armes aux pieds
à Alésia
je revendique les baisers que je t'ai volé
ce soir là
avant de descendre 
vers ma bataille
l'amour
celui qui caresse quand tu poses ta main 
sur ma joue
nos baisers restés en suspend
attendant leurs heures
à dégrafer nos peaux 
nos désirs aux lèvres
qui me font croire à cette jeunesse 
que je n'ai plus
l'amour
celui que tu me sers avec tes yeux
on laisse craquer nos cœurs
les mots d'amour 
forcent 
nos bouches
d''amour

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article