Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Pierre Thevenin


 

Mercredi 20 : sur FRANCE 5 :émission intéressante sur les médecines complémentaires (acupuncture, hypnose, homéopathie …). Michel Cymes nous a même épargné les blagues à deux balles dont il est si prodigue dans le Magazine de la Santé ( en particulier, dès que l'on évoque le sexe, mû  par un réflexe de Pavlov, il démarre au quart de tour ). Au cours du reportage précédant le débat, on a pu entendre un certain docteur Loïc Capron rejeter en bloc toutes ces thérapies, disant de manière péremptoire qu'il s'agissait de charlatanisme ( ouverture d'esprit, quand tu nous tiens ! ). Ensuite, sur le plateau, le seul des quatre participants à se montrer sceptique, le docteur Didier Pachoud, a su nuancer son propos. Je comprends tout à fait qu'il ait parlé du risque de dérive sectaire, concernant notamment le reiki, une thérapie venue du Japon, que je connais un peu pour y avoir goûté à un moment où je n'allais pas bien. Les effets ne faisaient aucun doute mais, pour sûr, bien que le reiki ait pignon sur rue, ce n'était pas très clair. Cette thérapie consiste à faire circuler les énergies en posant les mains quelques instants sur certaines parties du corps. Les pratiquants étaient des « initiés » ( le terme en lui-même est pour le moins suspect ) et dans la salle il y avait  essentiellement des gens qui avaient payé de 200 euros  pour le « premier degré » à 500 pour le 2° ( je ne suis pas certain des chiffres mais c'était de cet ordre-là ) et qui se prodiguaient mutuellement les soins. Et on avait vite compris que ce qui intéressait la « patronne », ce n'étaient pas les 11 euros que coûtaient les séances pour les non encore initiés mais de les amener à casquer pour une initiation. Le vendredi soir, étaient organisées des réunions dans la salle de soins pour nous informer. J'y ai assisté une seule fois et je me sis retiré après avoir entendu l'un de ces adeptes affirmer qu'il avait, grâce au reiki, et à distance, s'il vous plaît,  guéri un copain d'un cancer en phase terminale !        Ceci étant dit, il est absurde de prétendre que toutes ces médecines ( au cours de l'émission, on s'est posé la question de savoir comment on devait les désigner : alternatives ? Sûrement pas, elles ne peuvent remplacer l'allopathie traditionnelle, surtout à distance ; complémentaires est plus exact ) ne fonctionnent que par un effet placebo ou ce qu'ils ont appelé le « rituel thérapeutique » : il suffit que l'on fasse mine de soigner quelqu'un pour qu'il se sente guéri. À Lourdes, d'accord, ça fonctionne. Je ne suis pas d'accord et les toubibs s'intéressent de plus en plus à ces pratiques venues d'Orient et du fond des âges et que l'on n'arrive pas à expliquer par la science traditionnelle. Placebo, peut-être quelquefois, mais ça n'explique pas tout. Je prends un dernier exemple personnel ( c'est ce que je connais le mieux ) : je suis soigné depuis très longtemps par l'acupuncture et, depuis peu, par des traitements homéopathiques qui, entre autres mais c'est bigrement important, ont mis fin à mon arythmie cardiaque. Un sceptique m'a affirmé qu'il s'agissait forcément d'un effet placebo puisque les médicaments homéopathiques consistent seulement à absorber du sucre. Ça m'étonnerait beaucoup car, moi non plus, je n'y croyais pas ( le rituel thérapeutique ne pouvait donc  fonctionner ). Je me suis rendu à l'évidence après avoir constaté que mon palpitant avait retrouvé une cadence de métronome. Ce n'est pas parce qu'un traitement n'a pas l'onction de la faculté qu'il est inefficace. Mais, encore une fois, il ne faut pas y voir une alternative aux bonnes vieilles médecines de chez nous.
 

 

Liliane Bettencourt a tiré sa révérence et on la plaint car, comme il est écrit dans l'Évangile selon Saint Matthieu, « il est plus aisé pour un chameau d'entrer par le trou d'une aiguille que pour un riche d'entrer dans le royaume de Dieu ».  Elle doit se mordre les phalanges de n'avoir pas été SDF.
 

 

JO 2024 : le déplacement de la délégation française à Lima a coûté 1 million et demi d'euros : 120 personnes alors que seules 30 ont pu entrer dans la salle. "On a les JO! On a les JO! ..."

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article