Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Ph.Guillaume

On pourrait croire que les Dalton sont nés sous la plume de Goscinny ou le crayon de Morris alors qu'à l'instar de Calamity Jane ,Billy the kid ou Jesse James, ils appartiennent à l'histoire de l'ouest américain.

C'est dans le sixième album de " Lucky Luke " " Hors la loi " qu'apparurent les 4 frères et ils s'appelaient alors Bob,Grat,Bill, et Emmet conformément à leur modèles historiques(1).

Issus d'une famille de 11 enfants ( 8 garçons et 3 filles ), les sus-cités après avoir été des représentants de la loi ripoux sur les bords formèrent le noyau du gang qui terrorisa le Kansas dans les années 1890.

L'unique attaque qu'ils entreprirent de jour leur fut fatale et, comme leur cousins James à Northfield, ils tombèrent sous les balles des habitants de Coffeyville, moins poltrons que les peones des " 7 mercenaires ".Emmet, seul survivant, endossa les habits de clergyman et lutta contre le crime en prônant une réforme du régime pénitentiaire. avant de mourir de sa belle mort en 1937.

Consultant (comme on dit aujourd'hui) et scénariste à Hollywood il écrivit " When the Dalton rode " qui donne son titre au film de George Marshall, vieux routier des studios.

C'est peut-être le ton du film qui inspira les exploits dessinés de ce célèbre quatuor soumis au pouvoir matriarcal  de sa Ma Dalton qui " savait traire une vache aussi vite qu'un homme "et se voulait, dixit Emmet, " le garant fortifiant de la moralité de ses rejetons ".

La bande Dalton à géométrie variable s'adjoint le gros Andy Devine (le cocher de " Stagecoach ") Grand coureur de jupons un peu benêt, il fait plus d'une fois songer à Averell, surtout quand, dépité de voir s'envoler une tarte dévorée durant une poursuite effrénée, il est à deux doigts de s'écrier " quand est-ce qu'on mange? "

Ce film fourmille de scènes de comédie et manie bien la rupture de ton. On fait connaissance avec la famille durant une pose photo où  ces garçons frustes et balourds se prennent les pieds dans le décor. Pagaille et chamailles règnent également au tribunal sans respect pour le marteau du juge et on se trucide même en plein procès. Quand les habitants de Coffeyville donnent l'hallali, on est ému....

Il y a un Lucky Luke dans le film,c'est Randolph Scott, roi du western, mais ici gandin de l'est, effrayé par les armes à feu, peu efficace dans son action d'avocat.

Il ne fera rien qu'embarquer la fiancée de Bob Dalton jouée par une Kay Francis moins sexy que dans ses comédies mondaines mais émancipée avant l'heure...Attirée par le beau Scott, elle laisse tomber de suite son Bob !

Le personnage est sans doute la version édulcorée de Eugenia Moore, compagne du vrai Bob, cheville ouvrière du gang qui le renseignait sur l'itinéraire et l'horaire des trains...et repérait les lieux de hold-up...En bref un petit western sympathique découvert par votre serviteur dans un bac soldé....

                                                                                                              

(1)Ayant pris conscience de tout ce qu'il pouvait tirer des personnages, Morris, après les avoir trucidés, les fit réapparaître dans le douzième album "Les cousins Dalton" et ce fut Joe, Jack, William et Averell qui prirent la suite de leurs cousins en faisant passer à la postérité le nom des Dalton....

Photo 1 Bob Dalton

Photo 2  Mort des Dalton   

Photo 3  Emmet Dalton                  

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article