Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par elsapopin


Andrée Chedid






     







L'ECHAPPEE

Je glisse loin du temps
Qui s'accumule
Et m'évade des jours multipliés
Je dévie de cette durée
Qui s'imprime
Et m'écarte de cette peau
Que les ans ont minée.

Je m'arroge les splendeurs
De la fable
M'emparant des chemins
Sans mémoire
Je découvre l'iréel
Et me forge des portes
Sur les fictions.


( inédit - extrait )


Poème d'Adieu ( épouse de Dai Shiping* )

Malgré mon talent et ma sagesse

Fille de triste destinée
Je ne trouve aucun moyen de te garder
Je froisse cette feuille magnifique
J'y couche mon désespoir et la détresse
Le long du chemin les saules dansent
Ma mélancolie grandit sans cesse
Comment pleurer sur ma mauvaise destinée ?
Ma vie est détruite
A cause de ma légèreté.
Te souviens-tu de nos serments sous la lune ?3533573665_5286b49045.jpg
Ce n'était pas un rêve.
Si à l'avenir tu reviens
N'oublie pas de rendre visite à notre chambre
Et de verser une coupe de vin sur ma tombe.

( * poétesse Chinoise )

Marina Tsvétaïéva - extrait de Le ciel brûle


Il s’approcha, ailé,
Et tes paupières mirent le voile sur ton regard
radieux.
Tu mourus – flamboyante
A l’heure la plus terne.

Que pourront donc expier
Ces deux dernières larmes brèves ?
Il réfléchit – Quatre heures
Sonnèrent.

Il partit sans être vu,
Emportant le mot le plus précieux.
Mais personne n’entendit
Ton dernier appel.

Et s’est perdu dans la mer des bruits
Le cri qui déchira ton sein et ton âme.
Rose, tu te noyais
Dans le matin trouble…

Moscou, 1912

Marina Tsvétaïéva dans Le ciel brûle, éditions Poésie / Gallimard

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article