Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Le cla/ nicole Niwa

BALLADE EN BORD DE NUIT

 

Dans la volupté du soir un troupeau de charolaises…tendresse .

Pendant que ma petite chienne s’enivre de secrètes effluves, le majestueux noyer chatouille le rose poudré du ciel. Nous échangeons un regard complice.

 

L’ombre et la fraîcheur ourlent la trace douce du sentier. Perchée sur ses pattes de danseuse étoile ; la chienne grise reprend son trottinement.

Harmonie du soir…

Dans les buissons, les mûres brillent comme des saphirs. Je les cueille.

Mélancolie sacrée de la fin de l’été.

 

Le galop du grand cheval noir, mon voisin préféré, vient à notre rencontre, dans l’espoir probable d’une friandise ou d’une caresse.

Douceur du regard enluminé de force et de beauté.

Plaisir visuel posé comme un miracle dans ce paysage aux sages ondulations.

 

A travers les branches sombres des bois, une clairière aquatique, d’un vert acide, attend la visite journalière du troupeau.

Quand le sentier se transforme en route minuscule, la chienne, sagement, réclame le rassurant cordon ombilical.

Arrivée au somloire1.jpgmet du village.

Je m’accorde une grande gorgée de paysage :

Au milieu des collines violines, le petit village de Sainte-Colombe-sur-Gand se love au creux d’une vallée, comme un pubis douillé bordé de chaque côté par une forêt de sapins…Un peu plus loin, accouchant violemment de l’autoroute Lyon-Clermont,

la terre éventrée hurle… Vite, mon regard s’envole et palpe les deux tétons minuscule et fiers du Pilat, puis le plateau du Mezène se présente, j’y déposeloire.jpg des souvenirs et repars à la recherche d’un morceau de ruban nacré : ma Loire.

 

Un soleil de drapeau japonais saute au ralenti derrière les monts du Forez. Le pinceau des peupliers souligne chaque nuage d’une deuxième petite ombre mauve et, brutalement, la nuit tombe !

 

Je rentre, une chienne invisible à la main,

Emmitouflée dans une écharpe de silence.

 

Dans le lointain, un homme inquiet aboie :

 «  Tu as encore oublié de prendre ton téléphone portable ! »


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article