Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Edouard Piolet / le CLA

SOIR DE BRUME

La bouteille est entrée dans la tête. Elle était pleine. La tête vide. Le goulot pleura le bouchon, le bouchon aromatisé en inte, une rime riche avec absinthe.

L’étiquette déclarait dix-sept marches. Sans ascenseur. Sans concierge. Avec un seul palier au dix-septième degré, au dix-septième ciel !

La tête s’est perdue dans les points d’interrogation des rues. Le poème millésimait sa rime en inte,…comme plainte…

C’est étonnant, une bouteille sans fond sur une piste de savon. Ça vous tient chaud pendant le numéro.

Tiens, les roquets lâchent mes chevilles ! L’os à moelle est ailleurs, dans le collier de la petite niche du bonheur. On ne sert plus à cette heure, surtout les funambules qui font peur.

La bouteille s’est cassée sur la tête. Elle était vide. La tête, elle, pleine du flic déguisée en réverbère.

Quel est le con qui a commandé les sirènes ?


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article