Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par elsapopin

 

 

Louise LABE

( Sonnet )

 

http://kailahawaii.files.wordpress.com/2009/12/louise_labe.jpg

 

 

 

Si jamais il y eut plus clairvoyant qu'Ulysse,
Il n'aurait jamais pu prévoir que ce visage,
Orné de tant de grâce et si digne d'hommage,
Devienne l'instrument de mon affreux supplice.

Cependant ces beaux yeux, Amour, ont su ouvrir
Dans mon coeur innocent une telle blessure
-Dans ce coeur où tu prends chaleur et nourriture-
Que tu es bien le seul à pouvoir m'en guérir.

Cruel destin ! Je suis victime d'un Scorpion,
Et je ne puis attendre un remède au poison
Que du même animal qui m'a empoisonnée !

Je t'en supplie, Amour, cesse de me tourmenter !
Mais n'éteins pas en moi mon plus précieux désir,
Sinon il me faudra fatalement mourir.

 

http://corkine.c.o.pic.centerblog.net/wmywnymn.gif

 


Marie de France - Lai des deux Amants


     
  Page 1
 
 
 


Jadis avint en Normendie
Une aventure mut oïe
De deus enfanz que s'entr'amerent;
Par amur ambedeus finerent.
Un lai en firent li Bretun:
De Deus amanz recuilt le nun.
Verité est kë en Neustrie,
Que nus apelum Normendie,
Ad un haut munt merveilles grant:
La sus gisent li dui enfant.
Pres de cel munt a une part
Par grant cunseil e par esgart
Une cité fist faire uns reis
Quë esteit sire de Pistreis;
Des Pistreins la fist il numer
E Pistre la fist apeler.
Tuz jurs ad puis duré li nuns;
Uncore i ad vile e maisuns.
Nuns savum bien de la contree,
Li vals de Pistrë est nomee.
Li reis ot une fille bele
E mut curteise dameisele.
Cunfortez fu par la meschine,
Puis que perdue ot la reïne.
Plusurs a mal li aturnerent,
Li suen meïsme le blamerent.
Quant il oï que hum en parla,
Mut fu dolent, mut li pesa;
Cumença sei a purpenser
Cument s'en purrat delivrer
Que nul sa fille ne quesist.
E luinz e pres manda e dist:
Ki sa fille vodreit aveir,
Une chose seüst de veir:
Sortit esteit e destiné,
Desur le munt fors la cité
Entre ses braz la portereit,
Si que ne se reposereit.
 


Quant la nuvelë est seüe
E par la cuntree espandue,
Asez plusurs s'i asaierent,
 

Que nule rien n'i espleiterent.
Teus i ot que tant s'esforçouent
Quë en mi le munt la portoënt;
Ne poeient avant aler,
Iloec l'esteut laissier ester.
Lung tens remist cele a doner,
Que nul ne la volt demander.
Al païs ot un damisel,
Iz a un cunte, gent e bel;
De bien faire pur aveir pris
Sur tuz autres s'est entremis.
En la curt le rei conversot,
Asez sovent i surjurnot;
E la fillë al rei ama,
E meintefeiz l'areisuna
Que ele s'amur li otriast
E par drüerie l'amast.
Pur ceo ke pruz fu e curteis
E que mut le presot li reis,
Li otria sa drüerie,
E cil humblement l'en mercie.
Ensemble parlerent sovent
E s'entr'amerent lëaument
E celerent a lur poeir,
Que hum nes puïst aparceveir.
La suffrance mut lur greva;
Mes li vallez se purpensa
Que meuz en volt les maus suffrir
Que trop haster e dunc faillir.
Mut fu pur li amer destreiz.
Puis avient si que a une feiz
Que a s'amie vient li danzeus,
Que tant est sages, pruz e beus;
Sa pleinte li mustrat e dist:
Anguissusement li requist

 
     
  Page 2
 
 
 


Que s'en alast ensemble of lui,
Ne poeit mes suffrir l'enui;
S'a sun pere la demandot,
Il saveit bien que tant l'amot
Que pas ne li vodreit doner,
Si il ne la poïst porter
Entre ses braz en sum le munt.
La damisele li respunt:
"Amis," fait ele, "jeo sai bien,
Ne m'i porterïez pur rien:
N'estes mie si vertuus.
Si jo m'en vois ensemble od vus,
Mis pere avreit e doel e ire,
Ne vivreit mie sanz martire,
Certes, tant l'eim e si l'ai chier,
Jeo nel vodreie curucier.
Autre cunseil vus estuet prendre,
Kar cest ne voil jeo pas entendre.
En Salerne ai une parente,
Riche femme, mut ad grant rente;
Plus de trente anz i ad esté.
L'art de phisike ad tant usé
Que mut est saives de mescines:
Tant cunust herbes e racines,
Si vus a li volez aler
E mes lettres od vus porter
E mustrer li vostre aventure,
Ele en prendra cunseil e cure;

Teus lettuaires vus durat
E teus beivres vus baillerat
Que tut vus recunforterunt
E bone vertu vus dufrunt.
Quant en cest païs revendrez,
A mun pere me requerez;
Il vus en tendrat pur enfatn,
Si vus dirat le cuvenant
Que a nul humme ne me durrat,
Ja cele peine n'i mettrat,
S'al munt ne me peüst porter
Entre ses braz sanz resposer."
Li vallez oï la movele
E le cunseil a la pucele;
Mut en fu liez, si l'en mercie;
Cungé demandë a s'amie,
En sa cuntree en est alez.
Hastivement s'est aturnez
 


De riches dras e de deniers,
De palefreiz e de sumers;
De ses hummes les plus privez
Al li danzeus of sei menez.
A Salerne vait surjurner,
A l'aunte s'amie parler.
De sa part li dunat un brief.
Quant el l'ot lit de chief en chief,
Ensemble od li l'a retenu
Tant que sun estre ad tut seü.
Par mescines l'ad esforcié,
Un tel beivre li ad baillié,
Ja ne serat tant travaillez
Ne si ateint ne si chargiez,
Ne li resfreschist tut le cors,
Neïs les vaines ne les os,
E qu'il nen ait tute vertu,
Si tost cum il l'avra beü.
Puis le remeine en sun païs.
Le beivre ad en un vessel mis.
Li damiseus, joius e liez,
Quant ariere fu repeiriez,
Ne surjurnat pas en la tere.

Al rei alat sa fille quere,
Qu'il li donast, il la prendreit,
En sum le munt la portereit.
Li reis ne l'en escundist mie;
Mes mut le tint a grant folie,
Pur ceo qu'il iert de jeofne eage:
Tant produme vaillant e sage
Unt asaié icel afaire
Ki n'en purent a nul chef traire.
 
Terme li ad numé e pris,
Ses hummes mande e ses amis
E tuz ceus k'il poeit aveir:
N'en i laissa nul remaneir.
Pur sa fille e pur le vallet,
Ki en avwnture se met
De li porter en sum le munt,
De tutes parz venuz i sunt.
La dameisele s'aturna:
Mut se destreint, mut jeüna
A sun manger pur alegier,
Que a sun ami voleit aidier.
Al jur quant tuz furent venu,
Li damisels primer i fu;
 

 
     

  Page 3
 
 
 


Sun beivre n'i ublia mie.
Devers Seigne en la praerie
En la grant gent tut asemblee
Li reis ad sa fille menee.
N'ot drap vestu fors la chemise;
Entre ses braz l'aveit cil prise.
La fiolete od tut sun beivre -
Bien seit que el nel vout pas deceivre -
En sa mein a porter li baille;
Mes jo creim que poi ne li vaille,
Kar n'ot en lui point de mesure.
Od li s'en veit grant aleüre,
Le munt munta de si qu'en mi.
Pur la joie qu'il ot de li
De sun beivre ne li membra.
Ele senti qu'il alassa.
"Amis," fet ele, "kar bevez!
Jeo sai bien que vus alassez:
Si recuvrez vostre vertu!"
Li damisel ad respundu:
"Bele, jo sent tut fort mun quer:
Ne m'arestereie a nul fuer
Si lungement que jeo buësse,
Pur quei treis pas aler peüsse.
Ceste gent nus escrïereient,
De lur noise m'esturdireient;
Tost me purreient desturber.

Jo ne voil pas ci arester."
Quant les deus parz fu munté sus,
Pur un petit qu'il ne chiet jus.
Sovent li prie la meschine:
"Ami, bevez vostre mescine!"
Ja ne la volt oïr ne creire;
A grant anguisse od tut li eire.
Sur le munt vint, tant se greva,
Ileoc cheï, puis ne leva;
Li quors del ventre s'en parti.

La pucele vit sun ami,
 


Quida k'il fust en paumeisuns;
Lez lui se met en genuilluns,
Sun beivre li voleit doner;
Mes il ne pout od li parler.
Issi murut cum jeo vus di.
Ele le pleint a mut haut cri;
Puis ad geté e espaundu
Li veissel u le beivre fu.
Li muns en fu bien arusez,
Mut en ad esté amendez
Tut le païs e la cuntree:
Meinte bone herbe i unt trovee,
Ki del beivrë orent racine.
Or vus dirai de la meschine:
Puis que sun ami ot perdu,
Unkes si dolente ne fu;
Lez lui se cuchë e estent,
Entre ses braz l'estreint e prent,
Suvent li baisë oilz e buche;
Li dols de lui al quor la tuche.
Ilec murut la dameisele,
Que tant ert pruz e sage e bele.
Li reis e cil kis atendeient,
Quant unt veü qu'il ne veneient,
Vunt aprés eus, sis unt trovez.
Li reis chiet a tere paumez.
Quant pot parler, grant dol demeine,
E si firent la gent foreine.

 Treis jurs les unt tenu sur tere.
Sarcu de marbre firent quere,
Les deus enfanz unt mis dedenz.
Par le cunseil de cele genz
Desur le munt les enfuïrent,
E puis atant se departirent.
Pur l'aventure des enfaunz
Ad nun li munz des Deus amanz.
Issi avint cum dit vus ai;
Li Bretun en firent un lai.

 

 

 

http://a35.idata.over-blog.com/270x66/0/11/89/74/2010/Images-fin-message/barre-separation-celtique.png

 

La lettre rose de George Sand à Alfred de Musset

 

 

http://5ko.free.fr/im/sand-nadar.jpg

 

 

Je suis très émue de vous dire que j'ai
bien compris l'autre soir que vous aviez
toujours une envie folle de me faire
danser. Je garde le souvenir de votre
baiser et je voudrais bien que ce soit
là une preuve que je puisse être aimée
par vous. Je suis prête à vous montrer mon
affection toute désintéressée et sans cal-
cul, et si vous voulez me voir aussi
vous dévoiler sans artifice mon âme
toute nue, venez me faire une visite.
Nous causerons en amis, franchement.
Je vous prouverai que je suis la femme
sincère, capable de vous offrir l'affection
la plus profonde comme la plus étroite
en amitié, en un mot la meilleure preuve
dont vous puissiez rêver, puisque votre
âme est libre. Pensez que la solitude où j'ha-
bite est bien longue, bien dure et souvent
difficile. Ainsi en y songeant j'ai l'âme
grosse. Accourrez donc vite et venez me la
faire oublier par l'amour où je veux me
mettre.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article