Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Le cla

Tout comme le poème du " Vieux soldat " d'Edouard Piolet publié le 15 octobre dernier, ce texte poètique " à deux voix " d'Edouard et Suzanne a touché le public nombreux ce jour là et le dix vins Blog souhaitait vous le faire partager. C'est chose faite.

 

Première rencontre 

 

PhotoSuzanne et Edouard

 

-Pardonnez-moi…Je passais par hasard, un peu comme à chaque soir. J’ai vu votre lumière, un petit point perdu dans la ville, qui ne m’a pas semblé hostile. Alors, je suis entrée, excusez-moi, sans frapper !

 

-Je n’avais pas fermé à clé. Vous avez bien fait, madame, madame la Nuit. C’est toujours agréable un peu de compagnie.

 

-Je m’ennuyais dehors. Toutes ces portes et ces volets clos, tous ces défunts cloîtrés dans leurs cercueils à carreaux ! Pas une parole, un geste, un écho… 

 

-Les gens aiment bien laisser dormir la nuit dehors ! Peut-être la peur…ou le confort ?

 

-Et vous alors ?

 

-Moi, je suis seul. Comme vous. D’ailleurs, vous avez dû me rencontrer, je pénètre souvent chez vous. Mais c’est si grand…et sans verrous !

 

-Peut-être bien. Je me disais aussi…Il faut m’aimer pour m’accueillir ainsi.

 

-Ma lumière est à vous. Si vous voulez, je peux l’éteindre.

 

-Non, non ! Quand vous venez chez moi, je n’éteins pas mes étoiles ! Nous serons bien, je vous verrai rêver. Nous partagerons le silence à deux, ce qui me changera.

 

-Installez-vous, prenez l’espace. Un coin de table me suffit. Excusez-moi si tout à l’heure je ris, si je soupire, si je vous fais un peu de bruit. C’est à cause des autres, des idées, des pensées, des soucis…

 

-Le bruit !? Vous n’en ferez jamais tant que tout ce que j’entends, derrière les façades ! Avec votre crayon et votre papier, quel bruit pouvez-vous m’infliger ? Vos rires, vos soupirs, dites-vous ? Mais je les espérais, avant d’entrer, avant de vous connaître plus !

…/…

…/…

 

 

 

-Alors tout est bien. Surtout, allongez-vous bien, là, près de la flamme de mon âtre éteint. Si vous désirez un vers, je vais écrire le premier pour vous, et si je gribouille, ce sera l’émotion… votre présence…

 

-Je me ferai discrète. Allez-y ! Faites-moi voir les châteaux de sable de vos soirs, vos visiteurs que je n’ose croire, vos yeux d’étoiles filantes, vos révoltes qui ventent…

 

-Vous m’impressionnez un peu. Les autres fois, je suis seul ! Ce soir, là, me déshabiller devant vous…Je n’ai pas l’habitude !

 

-Mais…j’ai toujours les yeux fermés…je connais la politesse ! Continuez ! D’ailleurs, pour ne pas vous gêner, je vais bientôt retourner dehors, juste sur le pas de votre porte, contre le volet. Grand merci de votre premier accueil !

 

-Et surtout, si vous avez froid, n’hésitez pas, entrez et réchauffez-vous un moment. Nous allons devenir des amis, et même plus. Je ne vous ai pas fâchée, au moins ?

 

-Que non, pardi ! Pourtant, j’aurais tant aimé, pardonnez-moi encore, connaître la couleur de votre pyjama !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Tricôtine 18/11/2010 23:04



 belle mise en scène, belle de nuit et poête au bord de la lune ! j'ai lu avec sourire en croissant esquissé ....
le final est bien sympathique  bonne soirée aux plumes du CLA



harry-l-blackbird et elsapopin 20/11/2010 19:55



merci ce témoignagne devrai ravir suzanne et édouard à qui je le transmets ce jour amitiés elsa



Lyly 18/11/2010 07:37



Bonjour


Heureuse de découvrir ce blog avec un bien charmant dialogue !


Belle journée, Lyly



harry-l-blackbird et elsapopin 18/11/2010 09:25



merci beaucoup LilY pour ce commentaire et votre visite sur le blog au plaisir de vous y revoir elsapopin