Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par P.Guillaume

Il est de tradition que pour Noël, même les séries télévisées se mettent au sapin comme nous le prouve Philippe Guillaume...Tradition qui perdure encore aujourd'hui d'ailleurs ! Elsapopin

 

Seuls Laurel et Hardy pouvaient se tromper de saison et proposer en plein été un sapin à leur vieil ennemi James Finlayson, déclenchant ainsi une mémorable escalade de violence burlesque étrangère à la " philosophie de Noël " popularisée par Dickens (1).

 

En 1966, nos " Agents très spéciaux " respectèrent la trêve des confiseurs et sacrifièrent au rituel de l'épisode de Noël en accommodant " Miracle dans la 34ème rue " à la sauce coexistence pacifique.

" The jingle bells affair " débutait le jour du Thanksgivings en Novembre et nos amis,au milieu de la traditionnelle parade du magasin Macy's, assuraient la protection d'un chef d'Etat venu de l'est en qui il était facile de reconnaître Nikita Kroutchev. On se souvenait de la visite du jovial chef des soviets en 1959 à Hollywood,de ses yeux gourmands plongés dans le décolleté de Marilyn et du duel alcoolisé ( à la vodka ? )  qui l'avait opposé à son ennemi irréductible John Wayne.

 

Tout comme dans " Ninotchka " d'Ernst Lubitsch, l'hédonisme triomphant de la société capitaliste fascine le président Gotz ( interprété par le truculent Akim Tamirof ) dont les objections concernant la fracture sociale sont vite balayées par l'évidence quand " Mr Macy's " en personne ( Ken Smith, le chef des défenseurs alliés de David Vincent dans " Les envahisseurs " ) lui explique que la plus modeste des ménagères est dans son magasin traitée comme une reine. C'est en endossant la défroque couleur " coca-cola  "de ce symbole de l'aliénation capitaliste qu'est le Père Noël, que le secrétaire général va vérifier l'efficacité de ses vertus thaumaturgiques.

Les ingrédients de la série sont au rendez-vous. L'habituelle jolie nunuche égarée dans le monde de l'espionnage est  membre de l'armée du salut , Solo et Kuryakin se réservent le mot de la fin et Monsieur Waverly joue aux échecs avec un enfant malade, rasséréné par ce  Père Noël dont l'origine sibérienne accrédite l'existence et laisse espérer une entente des peuples définitive.

Soyons justes ! malgré l'habileté des scénaristes et la solide réputation du metteur en scène John Brahm ( " Hangover square " ," Jack l'éventreur ", tous deux avec l'étonnant Laird Cregar ) "Jingle bells affair " n'est pas le meilleur épisode de cette troisième saison trop déjantée. Sans Frank Capra ou Léo Mac Carey aux commandes, la guimauve compassionnelle étouffe trop souvent l'émotion.

A ma connaissance, seuls les " Incorruptibles " réussirent avec brio l'exercice obligatoire de" l'épisode de Noël ". Si, gros veinards, vous trouvez dans vos étrennes l'intégrale enfin disponible de la série, précipitez-vous sur " On a tué le père Noël "( " The night they shoot Santa Claus" 4ème saison ) et ..Joyeuses fêtes à tous !!

Philippe Guillaume

(1) " Big business "de James W. Horne selon l'historien du cinéma William K Everson " un maelström de fureur " qui est au film comique ce que "Naissance d'une nation " est au film historique.

 

Malgré tous mes efforts et recherches je n'ai pu trouver d'extraits de " The night they shoot Santa Claus" ni de " The jingle bells affair "....Si vous les trouvez, merci de nous le signaler. Tchoun et Joyeux noël Elsapopin

une série récente qui n'échappe pas à la magie de Noel

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

mery 27/12/2010 15:56



merci bcp