Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Dominique Gout

 

 

 

I - Rouge
Raphael

Jeanne d’Aragon et Vénus vous l’auraient dit-Fornarina-raphael.jpg
La Fornarina, d’accord, aussi.
Mais oui la robe de Léon X
Et celle de Jules de Médicis,
De Luigi de Rossi, aussi,
Du rouge pourpre cardinalice
Impressionnant à leur service…
Mais sur une robe de femme :
Couleur du plaisir amoureux, du vice
Caché sous des images d’antiques.
Pas si pur que cela, Raphael,
Dans le dessin, dans le pli d’un tissu,
Sous la lumière d’un velours cru
Une soierie parsemée d’or,
Sur la belle Jardinière, Vénus et Adonis
Le rouge se damasse et se tisse
Somptueux, s’alourdit, en redemande encore.

                                                                                                                    La Fornarina

 

 

 

 

 

     rose-banniere-separation.gif

 

 

 

II - Rouge
George de la Tour

Vous l’ai-je dit que Georges de la Tour m’attire ?
Son regard passe sous les bougies, se niche sous les visages crémeux, profilés d’ombres…
 Les Tricheurs : Ils sont quatre, trois sont de rose, rouge, vermillon vêtus.
Au centre, la courtisane, empanachée, décolletée une plume rose à son turban  ‘’ à cornes  ‘’,
Porte une robe compliquée à manches à crevés. Extravagante, dans un tripot, tout autant que l’homme à droite, à la grande plume orangée, casaque à manche de satin, et rubans roses.
Tout le costume évoque la fatuité du garçon. Le tout, dans des teintes fruitées. Oh ! Ces rubans noués de satin rose !
Il est certain que  ‘’ Saint Jérôme Pénitent  ‘’ contraste.saint-jerome-penitent-au-chapeau-cardinal.jpg
Le corps du vieillard est impitoyablement décrit dans un dénuement extrême. Il a une position  invraisemblable. En calligraphie, La Tour suggère les plis de la peau de son visage, les mèches de cheveux, la barbe, la moindre ride, la moindre touffe de poils. Plus dessiné  que peint.
Malgré tout, le saint est enveloppé d’une douce lumière, son visage est calme.
Et derrière lui, attirant le regard,  un objet insolite : un grand chapeau cardinalice à glands de passementerie,  rouge aussi, claquant dans la pénombre de la cellule, impose le changement de couleur par le vermillon qu’il introduit.
Rouge dans le clair-obscur.
Simplicité évidente.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article