Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par elsapopin

Une amusante réponse de Courteline

 

On se plaint, à juste titre, en ce temps de crise, que le théâtre revient trop cher ; hélas, tout comme la TSF, le théâtre a ses parasites : les ouvreuses, les programmes, les lavabos etc, etc...et ses parasites sont une des causes primordiales du peu d'empressement du public à remplir les salles, et il court au cinéma. le programme devrait être gratuit et obligatoire.

A propos de programme, je me souviens d'une réponse de Courteline à la préposée aux programmes d'un théâtredu boulevard. L'ouvreuse venait de placer le grand Maître du rire, quand la préposée aux programmes lui tendit, le sourire aux lèvres un programme.

- Combien ? demanda l'immortel auteur de Boubouroche .

- Je le paie 3 francs, répondit la femme.

Et Courteline re répondre en lui rendant le programme :

- Eh bien ma bonne dame, ce que vous vous faites voler !

 

 

Napoléon contrebandier

 

Lorsque Fox vint à Paris, à l'exposition qui eut lieu en 1802, sur l'esplanade des Invalides, ce qui l'étonna, surtout, ce fut le bas prix de certains objets de coutellerie. Il acheta une douzaine de rasoirs à la fabrique de Thiers, au prix de 1 franc pièce.

L'Empereur rendait en estime à la qualité des rasoirs anglais ce que Fox donnait au bas prix des nôtres.

Napoléon qui avait prononcé des peines très lourdes contre la contrebande, lui, qui avait entrepris de fermer le continent au commerce anglais, qui faisait brûler tous les ans des quantités énormes de produits des manufactures anglaises pris en mer ou saisis à la douane, faisait faire la contrebande pour se procurer des rasoirs anglais ! Il ne se concevait pas qu'on pût se raser avec des rasoirs et du savon français.

Les rasoirs de l'Empereur étaient achetés à Birmingham moyennant 50 francs la paire, du moins ils lui étaient comptés à ce prix -là ! On en aurait aujourd'hui de semblables chez nous, plus beaux et bien meilleurs, pour dix francs.

  bisous kiss smacks,

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article