Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par elsapopin

EN FUMANT

 

Nous oublions trop, lorsque nous allumons une cigarette, que cet innocent plaisir, longtemps inconnu des humains, a coûté dix années de souffrance au premier européen qui osa fumer dans son pays.

Un confrère espagnol vient de réparer cette injustice en ressuscitant le souvenir de Rodrigo de Xéres, à qui l'on vient d'ailleurs de consacrer une plaque commémorative.

Ce compagnon de Christophe Colomb, rentré dans son pays natal avec une provision de feuilles de tabac, eut un jour l'idée d'en rouler quel qu'une devant le regard étonné de sa femme, puis d'allumer le cigare ainsi fait et de projeter gracieusement de la fumée par le nez. La pauvre espagnole, épouvantée, alla dire aux autorités que son époux était devenu" possédé par le diable ". On le mit en prison. Il y resta dix ans. Quand il sortit nombreux étaient déjà les fumeurs dans le pays.

Les habitants de la province de Huelva, ne sont pas peu fiers de ce patriote, et rien n'est aussi émouvant que de leur entendre dire avec conviction, en humant leur cigarillo :

" Ce fut un grand martyr ".

 

VIVRE DANGEREUSEMENT CONSERVE !

 

Le capitaine Clarence Anderson est mort récemment à Pittsburg. Il venait d'atteindre ses 100 ans, et c'était le dernier survivant des quarante-neuf prospecteurs de mines d'or qui les premiers pénétrèrent en Californie.

Sa vie constitue un véritable roman. Héros d'innombrables expéditions dangereuses, capitaine de bateaux faisant contrebande sur l'Ohio et le Cumberland ; ayant traversé à pied la Sierra Nevada ; franc-tireur au cours de la guerre de sécession ; ayant souffert de la faim, de la soif de la chaleur et du froid, Anderson ne cessait de répéter qu'il vivrait au moins cent ans !

Sa vie aventureuse s'est terminée comme il se l'était promis. Ajoutons qu'Anderson était le cousin  du fameux capitaine Cody dit Buffalo Bill, le fameux cow-boy à la réputation mondiale.

Un autre exemple de longévité nous vient de Calcutta. Un messager, Jack Robert, qui, chaque jour, mène son attelage à travers la brousse, risquant constamment sa vie et devant quotidiennement  se défendre contre les éléments et les fauves est aujourd'hui âgé de cent quinze ans. Il exerce sa profession depuis cent ans et n'envisage  sa retraite que quand il atteindra l'âge de cent vingt.

Notons que pour les anthropologues qu'il fut marié trois fois et eut vingt-sept enfants.

Pour vivre vieux soyons, tout au moins, actifs !

mercredi 13 septembre 1939

 

 

Almanach Vermot : anecdote
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article