Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par elsapopin

En territoire finlandais, aux confins de la Russie soviétique, sur le vaste lac Ladoga, se trouve une île que l’on a appelé «  l’île Raspoutine «  et aussi «  l’ile aux moines « 

La première de ses appellations n’est pas justifiée. On la lui a donnée parce que les moines qui l’habitent portent le costume de l’ordre auquel appartenait le fanatique Raspoutine. Mais les religieux qui résident dans cette terre ceinturée d’eau se défendent véhémentement d’avoir quelque chose de commun avec celui qui fut en grande partie responsable de la déliquescence russe.

En réalité, géographiquement, cette île se nomme Valano. Elle abrite, exclusivement, un couvent, sans doute le plus actif et le mieux organisé qui soit au monde.

Comme le climat y est très doux, la végétation luxuriante, les religieux ont transformé leur île en station touristique.

Tous les matins un vapeur quitte l’île pour se rendre au port finlandais de Sortavella où il prend des excursionnistes. Le capitaine du bateau est un moine. Moines encore les matelots et les chauffeurs. A la fin de la traversée, qui dure deux heures, un contrôleur vous demande poliment votre billet : c’est un moine. Des porteurs s’emparent de vos valises : ce sont aussi, des moines ! Des voitures à chevaux, il n’y a pas d’engin à moteur sur l’île à l’exception d’une motocyclette, vous attendent pour vous conduire au couvent.

Une partie du couvent est transformée en hôtel. On y trouve nourriture abondante, soignée, chambres d’une propreté méticuleuse, très aérées, sollicitude constante et discrète pour les voyageurs.

Les religieux élèvent du bétail, font pousser du blé et des légumes. En un mot, ils produisent tout ce qui est indispensable pour assurer leur subsistance et celle de leurs visiteurs.

Le couvent possède un musée contenant de nombreuses reliques ayant appartenu au tzar Nicolas II et à la famille impériale ainsi qu’une importante bibliothèque où figurent des manuscrits et des éditions  extrêmement  rares et qui feraient la joie de nombreux bibliophiles.

28 mai 1940

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article