Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par elsapopin

Parmi les bagues célèbres quelque-unes sont auréolées d'un parfum de superstition maléfique... Ainsi la princesse de Lamballe, l'amie si dévouée de la reine Marie-Antoinette, avait au doigt un anneau d'or surmonté d'un rubis. Cette pierre causait à la reine une crainte instinctive.

-  Vous devriez la quitter, dit-elle, plusieurs fois à la princesse. Elle vous portera malheur.

Mais Lamballe, riant de cette superstition, ne consentit pas à se séparer de sa bague. Elle la portait toujours lorsqu'elle fut victime des massacres de septembre. L'émeutier qui s'en empara, un nommé Charlat, périt au cours d'une rixe. Son meurtrier Buscat, lui prit le rubis et en fit cadeau à sa fiancée. Il tua cette dernière après l'avoir rencontrée en galante compagnie et vendit la bague à un bijoutier parisien, lequel la recéda à un riche industriel. Le bijoutier succomba aux suites d'une angine mal soignée  et un coup de bourse ruina totalement l'industriel.

Un autre de ces fâcheux exemples : celui d'un autre rubis ayant appartenu à la famille royale d'Espagne.

le roi Alphonse XII avait offert à la reine Mercedes une bague ornée d'un rubis.  Deux mois plus tard, la souveraine était mise en terre. Trois parentes de la défunte se parèrent successivement du bijou et moururent subitement toutes les trois. A son tour Alphonse XII se passa la bague au doigt. Deux mois plus tard on le conduisait à sa dernière demeure.

Enfin le roi Alphonse XIII portait le fatidique rubis lors du tragique attentat de Madrid ( 1913 ), auquel heureusement il réchappa.

F.Estebe - 19 mars 1940

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article