Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par elsapopin

Les Héritages fabuleux

La grande presse a parlé il n'y a pas très longtemps d'héritiers nombreux qui se disputaient le fabuleux héritage, plusieurs centaines de millions, d'un parent éloigné, mort aux Etats-Unis. Ce n'est point là le seul cas connu concernant les fortunes tombées du ciel, en quelque sorte , et qui provenaient du décès d'un " oncle d'Amérique ".

Il y a une dizaine d'années le trépas, à Boston, d'un nommé Mirowski enrichit soudainement plusieurs familles pauvres et qui, fuyant la Russie, s'étaient fixées dans les Balkans.

La fin de Mme Elie Wendel en 1931, à New York, a déterminé un procès qui, de nos jours, n'est pas encore terminé. Sa fortune se monte à 2 000 000 000 de dollars et elle est revendiquée par 1500 personnes... La défunte était la descendante d'un Autrichien Mathias Gottlieb Wendel émigré aux Etats-Unis. Après avoir entrepris un petit commerce, il eut l'inspiration d'acheter, à New York, des terrains qui bénéficièrent, par la suite, d'une plus-value considérable.

Mme Wendel habitait dans la Véme avenue de New-York, un immense immeuble où elle vivait toute seule. On avait surnommé cet immeuble " La maison du mystère ", parce que nul ne pouvait  savoir ce qui s'y passait à l'intérieur.

Un autre cas curieux est celui du Serbe Nicola Hesaunitch, surnommé le " roi des tombeurs ". Il avait reçu ce sobriquet, voici plus de cent ans déjà, parce qu'il avait quitté son village natal pour tâcher d'aller exploiter, à Londres, un instrument de sa fabrication et qui n'était autre que la tondeuse de nos perruquiers. Après de nombreuses démarches infructueuses, après avoir subi de multiples avanies et supporté beaucoup de misère,  il réussit enfin à obtenir le concours des financiers qui lui manquait pour lancer son invention. Le succès s'affirma rapide et énorme. Lorsqu'il mourut, comme on ne lui découvrit pas de parents, le Trésor anglais s'appropria sa fortune qui s'élevait à 22 000 000 de livres sterling. Mais en 1929, un cousin éloigné du Serbe se fit connaître et réclama l'héritage, il n'a pas pu , à ce jour, le récupérer et continue à plaider. Les gens de robe s'en félicitent...


 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article