Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par elsapopin

La bataille des oeufs gâtés

Dans les universités anglaises et écossaises, ce sont généralement les étudiants qui élisent leurs recteurs. C’est là, d’ailleurs, un titre honorifique et il est de coutume que, pour la possession des abords de la station de vote les jeunes gaillards se livrent une bataille féroce.

Dernièrement, à l’université  de Glasgow, c’est M. Baldwin, le premier ministre, qui fut élu lord Rector, en remplacement de monsieur Austen Chamberlain, ministre des Affaires Etrangères.

Environ 1000 étudiants prirent part à la bataille. A cette fin ils s’étaient couverts de vieilles blouses de travail de «  salopettes «  et de côtes ouvrières, de vêtements de sport hors d’usage et de cirés de matelots, etc…ce qui donnait à leur foule un aspect désordonné et déguenillé encore aggravé par l’échevèlement, l’excitation et les cris sauvages de ces braves garçons. Il y en avait même qui s’étaient munis de masques d’escrime ou de base-ball, de masques de carnaval ou de masques à gaz.

Ils s’étaient assuré 50 tonnes de «  munitions « , c’est-à-dire de suie, de purée de pois, de têtes de morues, de bombes à gaz, de boules puantes, plus de 60.000 œufs gâtés.

Pendant deux heures ils se bombardèrent de ces projectiles répugnants au milieu d’un terrible nuage de suie volante, de fumée, de parfum sans suavité…Enfin la trêve s’établit et les votants furent admis en piteux état dans la salle de vote.

On est jeune, on s’amuse comme on peut, mais nous croyons qu’en France, on trouvera que les têtes de morues et les œufs pourris sont de trop.

 

separateurs,lignes,barres

Une mystification..risquée

Guillaume-de-Bautru-de-Matras_1588-1665.jpg

 

 

Guillaume de Bautru, membre de l’Académie Française, était célèbre pour ses plaisanteries et, il faut bien le dire aussi, par ses farces.

La reine mère, Anne d’Autriche, avait exprimé plusieurs fois le vœu qu’il lui soit présenté. De Bautru s’était dérobé. Mais comme Louis XIV lui exprima le même désir, force fut à l’académicien de s’incliner.

Accompagné de sa femme, il se rendit donc à une des cérémonies de la Cour.

La reine mère le remercia puis, avec une urbanité parfaite, engagea la conversation avec Mme de Bautru.

A la stupéfaction générale, on constata que les deux femmes parlaient toutes les deux sur un ton suraigu. A proximité, Louis XIV se tenait les côtes. On eut bientôt l’explication de cette anomalie.

De Bautru avait déclaré à la reine mère :

«  Votre majesté nous excuserez mon épouse mais elle est très sourde. Il conviendra que vous enfliez rudement le timbre de votre voix pour vous faire entendre d’elle. « 

Puis à Mme Bautru il avait dit :

«  La reine mère a presque perdu l’usage de l’ouïe. C’est pourquoi je vous demande de parler très haut pour être comprise. « 

Ce fut un joyeux quiproquo. La reine mère  eut le bon esprit  de n’en point tenir rigueur à l’académicien.

separateurs,lignes,barres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article