Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par elsapopin

Ce rêve n'est pas une utopie. Pour le réaliser il est nécessaire non d'utiliser des anciens avions de guerre transformés, mais de créer des avions spéciaux de commerce munis d'un moteur sûr, régulier, d'une construction plus lourde que les modèles actuels, dont les pièces moins fragiles, éviteront les pannes de moteur toujours si redoutables.

Pour l'avenir, nous dit notre confrère, Emile Schreiber, dans " L'intransigeant ", les vues des pilotes spécialisés dans les grands voyages aériens sont d'une originalité et d'un intérêt exceptionnels.

Elles ouvrent aux possibilités de la navigation aérienne les horizons les plus vastes. L'avion actuel voyage dans l'atmosphère normale et respirable comme un navire sur l'eau, l'avion futur voyagera aux hautes altitudes où la respiration humaine ne pourra se faire qu'artificiellement, tout comme en sous-marin.

Comme le sous-marin, le sur-aérien, avion volant au-dessus de l'air à pression normale, devra être entièrement fermé par des cloisons étanches. La respiration du pilote, des passagers et même du moteur ( qui au même titre que les poumons, est contraint pour respirer à une certaine pression ) sera assurée par des appareils spéciaux appelés turbo-compresseurs, et dont la réaction récente a permis à Cazale de s'élever  à plus de 10000 mètres.

La vitesse d'un avion à 10000 mètres dans l'air raréfié est deux fois plus grande que dans l'air normal. Comme la vitesse maximum obtenue actuellement aux basses altitudes est de 300 km à l'heure, on peut en conclure que dès que les premiers sur-aériens auront été construits, ce qui sera réalisé dans un avenir très proche, la vitesse moyenne sera de 500 à 600 km à l'heure, ce qui permettrait d'effectuer, en 24 heures de vol, le trajet Paris-Buenos-Aires.

la seule condition à réaliser sera d'augmenter les surfaces portantes de l'avion en raison de la plus grande légèreté de l'air sur laquelle il s'appuie.

Au point du vue danger, la grande différence entre le sous-marin et le sur-aérien est que le premier, en cas d'accident, s'enfonce dans un élément où la vie est impossible, alors que  le second, en cas de panne du moteur ou des appareils respiratoires, retombe au contraire dans l'air normal, sans que les passagers ne courent aucun risque que ceux auxquels ils s'exposent dans un avion ordinaire.

il n'est pas douteux que le sur-aérien est l'avion de l'avenir, et on peut même prévoir que les avions à cloisons étanches remplaceront sous peu presque tous les autres.

On s'imagine la révolution profonde que la création des sur-aériens entraînera non seulement dans l'aviation, mais surtout dans les voyages et les relations nationales et internationales par suite de l'accélération des vitesses et de la réduction du temps nécessaire à franchir les distances qui séparent les villes et les peuples.

L'opinion française doit se rendre compte que la future puissance économique et militaire d'un pays est surtout dans les airs.

Article du Mardi 1er août 1922

Photo : Le Comet, premier avion à réaction civil

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article