Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par elsapopin

Tous ces slows d’été, quelle calamité !


On en a composé des tonnes…

Moi, pour te charmer, j’vais t’chanter O gué !

Un vieux slow du temps des pommes,

Comme un petit slow d’automne…

Comme un petit slow d’automne,

Musique de Duke Ellington,

Lester Young swingue au saxophone,

Teagarden tient le trombone,

Pas d’crachouillis sur l’gramophone,

Les mamies jettent leur sonotone…

Car cette musique est tell’ment jolie,

Car cette musique, c’est tell’ment la vie

Que les grands-mères à béquilles

Sont redev’nues des jeun’s filles.

J’aime une enfant un brin mammifère,

Mais sans plan aucun de carrière,

Une qui se fout vraiment de tout,

Sauf des poutous qu’on s’fait partout.

Dans le ciel un ange passe, il passe, et il repasse,

Mais les anges, à trop passer, se changent en anges trépassés.

Une feuille est tombée sur la plage,

Le temps ravage nos rivages,

Sur notre plage a chu un rien de feuille d’or,

Carte postale de la mort.

O que toujours les anges passent,

Et non jamais non ne se lassent…

Et toi, Camarade Temps n’oublie plus d’oublier

D’enfin faire la grêve du sablier

Afin qu’aucune lèvre ne soit close,

Qu’on n’assassine plus les roses,

Et qu’à l’envers tournent les gramophones

Pour que renaisse Duke Ellington.

Tous ces slows d’été, quelle calamité,

On en a supporté des tonnes…

Moi pour te garder, j’ai tenté d’t’inventer

Un vieux slow du temps des pommes,

Comme un petit slow d’automne.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article