Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

On découpait du papier rose,

Des feuilles mauves, feuilles bleues,

Par ces après-midi moroses,

Quand par dessus l’école, il pleut.

Nos ciseaux traçaient des contours

De moitiés de p’t’tits coeurs d’amour,

Puis la feuille, on la dépliait,

Et pof ! t’avais ton coeur complet…

C’est une chose bizarre, en somme,

Une tendre calamité

Que d’se souvenir en automne

De nos coeurs de papier.

La maitress’ s’f ’sait pas de mouron,

On se crèv’rait point les noeu-noeils :

Grâce à nos ciseaux à bouts ronds,

Nulle mirett’dans le cercueil… Mais not’coeur de morveux nerveux,

Pas gaffe, on l’déchirait en deux…

Alors, devant notre air déçu

La maitress’ scotchait par dessus.

C’est une chose bizarre, en somme,

Une tendre calamité

Que d’s’souvenir en automne

De nos coeurs de papier.

Aujourd’hui, nos ciseaux pointus

Comme les aiguilles du temps,

Déchirent et coupent tant et plus

Nos coeurs battant un pauvre sang.

Et le scotch qui t’sert de soigneur,

Tu le trouv‘s chez ton bootlegger.

Sur nos bobos baume à l’alcool…

Adieu, dents le lait de l’école.

C’est une chose bizarre, en somme,

O la douce calamité

Que d’avoir les pieds dans l’automne

Et le coeur en été,

Et le coeur en été…

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article