Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par elsapopin

Voici une légende qui me vient des Plantiers de la maison de l'eau : " La légende du Gardon et du dragon "( Dragon étant l' anagramme de Gardon et Gardon venant du Gard : petite rivière du Gard ( fleuve du sud) ).

Vous ne le savez pas mais  vivait il y a longtemps dans ces eaux fraîches du Gardon, un dragon. Ce dragon gardait un trésor : l'or de la rivière. Les orpailleurs  sont d'ailleurs encore nombreux en cette région car la rivière charrie toujours des paillettes.

Ce dragon était paisible. Personne n'osait s'approcher de son repère. On savait qu'il avait été chargé par les fées de garder leur trésor jusqu'à ce qu'elles reviennent d'un long voyage dans les étoiles.
Un jour, un jeune couple du village des Plantiers, décida d'organiser ses noces sur les rives du Gardon.

C'était l'été, un été torride comme il en existe tant dans cette région des Cévennes. Les jeunes amoureux avaient pensé, qu'installés, pour le repas des noces,  au bord de la rivière, les convives ne souffriraient pas de la chaleur et que les enfants pourraient y barboter à loisir.

Pierre et Louison : les fiancés, avaient invité un ami " violoneux  " qui devait les accompagner  à la l'église et la mairie en jouant de son instrument. Pour la soirée, un orchestre avait été réservé pour faire danser les invités.
Tous se rendirent en procession voir le maire et le curé .

Or pendant la nuit, un violent orage avait éclaté tout en haut des montagnes, vers les hauteurs de Mende. Cet orage avait été terrible et avait fait de vilains dégâts sur le plateau et dans  les villages, plus bas. Il avait gonflé les ruisseaux et grossit dangereusement les rivières. Au petit matin des vagues hautes de trois mètres s'étaient abattue sur le Gardon à quelques kilomètres « des Plantiers « . Cette eau ravageuse avait bougé les pierres. Des rochers s'étaient décrochés et étaient tombés dans l'eau. La queue du dragon fut prise au piège sous un de ces  énormes rochers tombés de la falaise. L'animal ne pouvait se libérer et sa queue blessée lui faisait horriblement mal.

Il batailla une bonne heure puis dans un dernier effort de survie, il réussit à se dégager en repoussant l'eau de la rivière folle en contre bas du coté du village où la noce allait bon train. Dans ses efforts démesurés, il avait aussi brisé le coffre scellé où se trouvait l'or des fées, déversant ainsi les paillettes, les pierres d'or et tout le trésor dans l'eau.

Après avoir paradé à la mairie et s’être recueillie à l'église, la noce alla rejoindre son lieu de festivité : les bords du Gardon. Elle arriva tout juste lorsqu'une vague immense l'emporta dans ses tourbillons... Personne ne survécu. Tous périrent  noyés.
On dit qu'une fois l'an, à la date anniversaire de ce funeste mariage, si le temps est clair, le soir venu on peut entendre le son du « violoneux » et on peut voir sur le Gardon les silhouettes de Pierre, de  Louison et celles de leurs invités.

Depuis ce jour là, les habitants de la région cherchent dans l'eau du Gardon et dans les autres rivières alentours les pépites d'or.
Alors amis touristes ou autochtones, si vous vous aventurez sur ses rives à la recherche de l'or, méfiez-vous des colères de la rivière et du dragon, je voulais dire ... du Gardon !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article