Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par elsapopin

Je t'ai rencontrée 
au fond d'un verre, 
toi ma brune muse 
aux électrodes. 

J'ai bu à tes courts-circuits 
sans paille à plein goulot, 
ta gnôle abrupte amère 
de buis jaune. 

Tes alcools longs en bouche 
ont chaviré mes antennes
de marbre. 

Je veux ras-bord encore 
me désaltérer ivre 
à tes veines rouges
fuyant d'entre mes doigts, 
en ton antre à sang 
et à flammes.
 
Cramponne à pleine poignée 
mes hanches, 
que je me perde 
en tes entrailles et m'y noie.

Le fleuve chaud de tes treffonds
me monte dare-dare au ventre. 

Je m'échoue à tes velours;
je me signe entre tes seins, 
toi mon île de haut cours 
mon flacon pleins degrés 
qui enivre de ta houle
ma soirée turbulente...

Droit dans tes yeux 
des vagues se jouent 
de flux et de reflux 
tout en lenteur et dérision. 

Le soleil se fracasse le jour 
sur ton sable qui gratte, 
qui m'écorche le bas du dos. 

Ma peau de traîne 
étire tes écorces ébènes
comme la mer enroule 
ses sentencieux horizons. 

Le crépuscule descend 
sa cathédrale
d'embruns du soir 
alors que ton soleil 
roule et mugit, 
de ton port de tête altier, 
à la criée, 
son trop-plein violent 
d'excités abus 
de frissons... 

Le vent déballe tes cheveux 
qui s'égouttent aux poils 
de mon torse. 

Un goéland bavard passe 
sans voir qu'embriqués 
l'un en l'autre, 
tous deux aussi, on s'envole ! 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article