Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

17
Toi
Si forte ta présence
Car comment pourrait-on porter
Le mystère de la faille
Le pouvoir d’un miroir
Aux travers de l’obscur
Ce mystère
Tant d’histoires
Tant de vie                             
 La si présente
                                               Si capable de sentiments

Quelle place
Quel accueil
Quel sourire
T’avais-je donnés ?
Ai-je jamais su ?
Dans le grand silence
Tu me dessines encore,
Aux reflux de lumière,
L’arcane des profondeurs
Et le chant de la mer
Dans son sillage
Tous les sauvages espaces,
Où voir est sans empreinte
Comme l’innocence
Qu’avais-je cru ?
Nous nous retrouverons
Dans l’exhalaison d’être


19
Nourrice
J’ignorais que c’était toi dans l’ombre
Au soin des braises,
La chaleur très douce
Blancheur sur les cendres de l’oublié
Et, couvant nos Abandonnés aux nuits de pauvreté,
Nos petits cailloux blancs
Dans les nuits-défaillance,
Nos coquilles de noix sur les flaques de mer
Au halo la lune première, d’inconscience et de faim
J’ignorais que c’était toi dans l’ombre
Douce, aux mains attentives
Un instant, un passage levé
Sur nos faces où la laideur qui pleure,
Sillages –fantômes, emportés sans un geste dans nos sommeils
Bruts et soudains
Tandis que toi,
Souriante et sans mot,
Un baiser sur nos fronts
Et prenant nos chairs dans tes mains,
Nos mains hagardes
Tu avais tout gardé contre ton sein,
Tout notre balbutiant
Tu avais continué de prendre soin
Dans le silence paisible de ton amour,
Ton regard de Terre d’accueil
Accomplie et intacte,
La Source aveugle qui abonde



Remerciements
à Laurent Quin sans lequel ce texte ne serait peut-être jamais venu (Exposition La
beauté de la laideur 2015)
A Noémie Grenier qui m’a donné l’envie de le finir
31 mars 2020

Bibliographie

Carole Dailly est née à Lyon, très vite elle est attiré vers les Arts et l'Ecriture. Enseignante durant plus de quinze ans, puis elle décide de quitter l'enseignement pour se consacrer entre autres à l'écriture de nouveaux recueils et nouvelles. Elle vit depuis plusieurs années à Saint-Etienne et est régulièrement éditée, entre autre, par l’Éditeur stéphanois : Le Réalgar.  Vous trouverez facilement ses ouvrages sur Babelio, Amazon, Decitre, Réalgar et à la FNAC.

« Héritage des Silences », recueil de poèmes, éditions Manoirante 2010, lauréat des prix Amélie Murat 2012 et J-M de Heredia de la Société des Poètes Français 2012, réédition 2015 par le Réalgar. (Epuisé).
« Brute, pas pure », recueil de poèmes, 2015, éditions le Réalgar.
« Le poids de la brindille", nouvelles et récits, éd.Chemins de Traverse, 2015.
« A hauteur de l’ange », recueil de poèmes, 2017, éditions le Réalgar. Prix Charles Péguy 2018, Société des Poètes Français.
« Les heures traversées » 2018, ouvrage d’artiste (poèmes et aquarelles), exemplaire unique acquis par la Médiathèque J.Verne de La Ricamarie (42).

Joindre l'auteur

carole.dailly@yahoo.fr

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article