Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par elsapopin

( Almanach Vermot 1940 )

Il ne faut certes pas médire de la France qui enfante chaque jour des merveilles, mais ce qu'elle a de plus admirable consiste surtout dans ses conquêtes sur le nature.Les plus grands progrès sont des découvertes, l'homme ne crée rien, il se borne à tirer parti des forces renfermées dans le sein du globe sur lequel il passe.

Nous sommes très fiers d'avoir des baromètres qui, subissant les pressions atmosphériques plus ou moins puissantes, nous indiquent le temps qu'il va faire.

Suivant l'état de l'air que nous respirons, nous savons s'il fera beau ou s'il pleuvra, et notre reconnaissance entoure d'un même respect les noms de Fortin et de Torricelli.

Eh bien ! les sauvages habitant certaines îles de l'Amérique du Sud sont beaucoup plus avancés que nous, grâce à une observation qu'ils ont faite. Ils possèdent , dans la nature, un baromètre vivant.

C'est un crabe, un vulgaire crabe, dont la carapace est presque blanche lorsque le temps est au sec, elle est mouchetée de petits points roses lorsque l'humidité approche, lesquels points deviennent rouges  pour servir d'avant-garde à la pluie.Quand il pleut la carapace est rouge.

Ces indigènes se nourrissent surtout des produits de la mer, mangeant beaucoup de coquillages et de crustacés. Sur leur grève, ils possèdent ainsi leur dîner et leur baromètre. 

 ( 17 janvier 1940 )

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article