Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par elsapopin

Corrida dans l'noir: j'ouvre un placard du corridor d' ma mémoire...

J'cherche un truc dans l'rayon là-hi, là haut...

Quoi ?

Le bâton d'un chocolat glacé suçoté dans un ciné fantôme ?

La pompe à regonfler la roue du p'tit vélo pédalant dans la semoule de mon cerveau ?

J'sais plus, j'ai oublié...

Mais où est-elle, bordel !

Cette fichue pompe à regonfler ?

Mais où est-il, bordil!

Ce foutu bâton de chocolat glacé ?

J' trifouille dans les rayons comme la main de ma soeur

dans la culotte d'un zouave blagueur...

Et soudain, bordel, bordil, te revoici , Emile !

Ton oeil de verre me regarde, l'autre, depuis

longtemps tu l'as perdu.

Seul un fil pendant hors de l'orbite témoigne que tu n'es point borgne natif !

Emile, le nounours de mes deux ans !

Mieux qu'au cinoche le retour de Zorro, de Bitman, de Tarzan :

le retour d'Emile...

Emile, Emil's return,

Soudain le passé me mord les burnes !

Certes, la rime est vulgaire...

Mais polie, la vie ne l'est guère!

Emile, il te reste trois tifs...

Quand au reste de ton poil, y' a plus rien !

Toi qui fut à poils, j'veux dire avec une fourrure,

tu n'as plus que trois poils, t'v'là à poils de tes poils !

Emile, te voici tout nu, comme si cette chienne de vie t'avait pissé dessus !

Emile, mon vieux pote, je t'ai abandonné, les mites t'ont bouffé,

Au lieu de dormir avec toi en stéréo haute-fidélité

J'ai dormi avec des filles qui m'ont, que j'ai trompé...

J' suis parti en voyage voir de vrais ours,

des ours grizzlis-gangsters, des marrons pas marrants,

des ours pas trop blancs, des ours pas rigolos qui voulaient ma peau...

Viens dans mes bras Emile,

nounours au ventre empli de sciure, poussière d'arbres morts...

Je t'ai serré sur mon coeur et tu es tombé en poussière,

en cendre de nounours, comme se meurent les étoiles

Chienne de vie saugrenue...

Quand donc cesseras-tu de nous pisser dessus ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article