Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A toutes les femmes victimes de la violence des hommes.

La gueule fracassée
Les seins violet et le cou bleu
Je me suis relevée
Toute sous ses couleurs
Contre ses murs balancée
Et à hurler,
Un voisin inconnu que jamais je ne pourrai remercier
Une nuit d'un été, mille neuf et cent quatre-vingt dix-huit
Il s'appelait Maillard
Dans l'annuaire des Maillard y en a plein
Deux ans de zonzon, je lui fis sa maison
A Châteaudun
Ici, quelques photos
Que prirent à l'hosto Trousseau
Là de gentils policiers,
Un article dans la Nouvelle République,
Et ce juge d'instruction que je ne peux oublier
Leguévaque, qui a démissionné et s'est mis à écrire,
Maillard si tu es sur le facebook,
Sache que je suis invincible
Tu fus interdit de Tours
Après ton séjour à Châteaudun
Ma merveilleuse avocate est morte
Et je me souviens de ta sur infirmière qui me soudoya
Pour que je retire ma plainte
Quand les nuits de terreur me réveillaient de tes coups
Dans un petit château où viennent s'abriter les blessés
De l'éducation nationale,
On me soigna, me consola.
J'appris sur toi aussi,
Toi qui quelques années plus tôt
Avait massacré ton épouse.
Toi Paul Maillard,
Bel ange du mal aux yeux bleus
Dingue de moi à me faire crever
Tu ne me feras plus jamais mal.
J'ai franchi  le siècle.
Merci, toi incapable de donner un centime
Sur ce que tu m'infligeas
C'est la première et dernière fois que je m'adresse à toi
Facebook et mes amis liront
Et je me sens un peu mieux
Mais je photographie encore à Tours,
Les portes bleues,
Sourire de mon fils chéri
- Maman , tu portes cachés, tes bleus.

Point final !!! auto-thérapie terminée
 11 janvier 2019

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article