Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

 

C'était la veille de Noël, le 24 décembre, dans cette région montagneuse et si belle de la Haute Savoie. Deux enfants, Pierre et Marie étaient partis en traîneau avec leur père à la recherche d'un sapin de Noël.

 Ils arrivèrent à l'orée d'un bois. Leur papa était un bon bûcheron qui connaissait les arbres et les respectait. Il repéra un beau sapin et s’apprêtait à le couper quand l'arbre se mit à lui parler :

 

- Bon bûcheron ne me coupe pas ! Laisse-moi vivre ma vie de sapin parmi les miens ! Aimerais-tu que l'on t'enlève à ta famille ?

Le brave bûcheron surpris alla plus loin choisir un autre sapin. A nouveau l'arbre l’arrêta :

- Pourquoi me choisir moi ! Je veux rester ici et vivre longtemps. Je procure de l'ombre l'été, quand il fait si chaud, et des pommes de pin pour allumer la cheminée. Je suis utile et je ne veux pas finir dans une maison comme décoration !

L'homme renonça encore et alla plus loin dans la foret à la recherche d'un arbre qui voudra bien être son sapin des fêtes.

 

Pendant ce temps, les petits jouaient dans la neige avec les deux chiens du traîneau. Le petit garçon ne voyant pas son père revenir, détacha les animaux et ensemble passèrent de bons moments. Tout à coup une chouette s'approcha d'eux et les chiens intrigués se mirent à la poursuivre. Les enfants coururent après les chiens qui dévalèrent une colline pour arriver devant une rivière gelée.

La chouette attendait de l'autre coté de la rivière. Un chien voulut la rejoindre mais le petit garçon le retint :

- Non ! ! La glace va se rompre sous ton poids !

Mais le second chien, n'écoutant pas son petit maître, s'élança et traversa en un éclair, la rivière .Arrivé à la hauteur de la chouette, cette dernière lui fit une révérence et retraversa de l'autre coté où était resté les enfants et le premier chien. Elle se posa enfin sur les branches d'un magnifique sapin touffu qui sentait si bon !

- Eh bien c'était bien la peine de traverser ! cria Marie au chien qui regardait penaud la chouette. Allez reviens ici et vite !

L'animal ne se le fit pas dire deux fois et retraversa la rivière mais la glace se rompit et l'animal tomba à l’eau. Les enfants l'aidèrent à rejoindre la terre ferme. L’animal grelottait. Les enfants l’entourèrent et le frictionnèrent en le grondant un peu :

- Voilà ce que c'est que de désobéir ! lui cria Pierre

La chouette était toujours sur l'arbre. Pendant ce temps le père avait beau demander à de nombreux sapins, aucun d'entre eux ne voulait être son sapin de Noël. Alors désespéré, il conclut qu'il valait mieux acheter un sapin artificiel. Il se mit à la recherche de ses enfants et des chiens. Il suivit leurs traces jusqu'à la rivière gelée et les appela :

- Pierre ! Marie ! Où êtes- vous ? Il est tard !

- Ici papa ,nous sommes ici avec les chiens !

- As-tu trouvé un arbre ? lui demanda Marie

- Hélas non ! Aucun arbre ne peut faire l'affaire ! Je ne peux couper un arbre contre sa volonté !

C'est alors que la chouette prit son envol et s'approcha du père. Elle tourna autour de lui comme pour lui dire quelque chose. Puis elle alla se poser sur ce bel arbre, cet épicéa si majestueux.

Le père crut comprendre le message. Il se dirigea vers l'arbre et lui demanda :

- Accepterais-tu d’être le sapin de Noël de mes enfants et de quitter ce beau paysage ?

L'arbre remua ses belles branches pour dire oui :

- Oui je m'ennuie ici depuis longtemps ! J'ai bien vécu et à présent je crains de plus en plus le froid et la solitude. J'ai besoin de compagnie, de fêtes et de rires. Bien sûr, mon amie la chouette me distrait, mais tous mes frères m'ont quitté le Noël dernier et je désire les rejoindre au paradis des sapins. Mais avant je veux que tu me promettes plusieurs choses.

- C'est déjà accordé ! dit papa, tout heureux et soulagé.

- Que tes chiens ne tireront pas sur mes branches, que ton chat, si tu as un chat, ne me fera pas tomber, que tu ne m'installeras pas à l'intérieur de ta maison mais dans ton jardin, que l'on me verra de loin, car je serai bien illuminé et que je porterai les plus belles décorations de toute la contrée !

- C'est promis ! lui dit papa les larmes aux yeux. Je reviens. Je vais chercher ma hache. Je te promets de ne pas te faire souffrir.

Et il alla chercher son matériel, coupa le sapin, l'entoura d'un filet protecteur le posa délicatement sur le traîneau et le petit groupe reprit le chemin du retour.

On planta le beau sapin sur la pelouse. Les enfants s'affairaient. Maman le décorait avec des boules en cristal qu'elle avait réalisées. Elle mit des bougies en poudre d'or et des objets de porcelaine d'une beauté unique. Papa brancha les plus belle lumières extérieures clignotantes et scintillantes.

On vint de partout admirer le plus bel arbre de Noël. Les enfants des écoles firent une ronde autour et lui chantèrent des louanges :

- Mon beau sapin ! Roi des forêts ! Que j'aime ta verdure !

Et l'on vit une belle chouette s'approcher de l'arbre et délicatement se poser tout en haut à coté de l'étoile et veiller toute la nuit le beau sapin.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article