Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

toute proche
la mer
aux accents nasillards
bat
sans relâche
là-bas

l’odeur des mangroves
se subtilise derrière le cabanon
après un parcours sans fin
au pas de la Bête temporelle
dont on ne garde qu’une allégorie
devenue aléatoire

tout risque de s'éclipser
en se livrant au vent
qui rugit au-dehors
dans le flash des éclairs

on ne sait plus que faire
juste il en reste le témoignage
de la houle des vagues
claquant ici et là
dans le regard du naufragé
qui meurt mutilé
contre les écueils

Claude Sterlin Rozema
" Quand on devient si clones "
Tous droits réservés

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article