Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Croire aux mouvements de la bouche,
tresses des lèvres l'une sur l'autre,
une soie glissée
d'en haut.

Croire qu'exister se tient là,
dans la compilation des minutes peine perdue,
dans le corps d'un effroi plus grand que tout,
le réel de l'imaginaire
et le présent sauvé des mousses,
un détachement du ciel dans le
vent.

Croire au combat obstiné du soleil sur la langue,
la mort, mille et une fois, battue à pique.
Mon sac ajusté à l épaule.

Le tumulte décroît dans la trace.
Les panneaux des chemins deviennent signes et chairs,
une écriture sur la ligne blanche, à l'écorce,
une fissure du désir par laquelle tout entier le corps glisse.
Des temps rassemblés, les plus tendres,
les plus fragiles,
tant fragiles, tu sais !

"Seulement la vie, tu sais" 2012

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article