Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Tout d'abord la réponse à la devinette de lundi dernier : la différence entre un gars qui participe régulièrement à une émission et DSK, c'est que l'un est un chroniqueur alors que l'ancien du FMI est un gros niqueur.

Il n'y a vraiment pas de justice : les trois « terroristes » allemands, qui préparaient pour le moins une nouvelle rafle du Vel' d'Hiv' et dont je parlais la semaine dernière ont écopé de deux à trois mois de taule ( ces cons-là n'ont même fait appel : ils s'y sont pris trop tard ) et ce pauvre Balkany, qui a tant fait pour sa commune de Levallois-Perret a, lui, droit à 4 ans. Son épouse, qui n'a eu que 3 ans, sans incarcération immédiate, a pris le relais à la mairie. C'est touchant de voir un couple aussi soudé dans l'adversité. ( photo AFP )

 

Quelques mots de sport maintenant. Imaginez une course à pied sans vedette mais avec un public qui encourage les participants et ne pousse pas de cris racistes  (il y aurait pourtant de quoi ). L'épreuve s'appelle la Maxi race ( c'est de l'anglais, rien à voir avec la race ! ) : elle consiste à faire, en relais, le tour du lac d'Annecy avec ascension du Semnoz.

Elle est ouverte à tout le monde mais ARTEREGARDS, le jeudi 12 septembre, s'est intéressé à des athlètes particuliers : des migrants, surtout des Soudanais, des Érythréens et des Afghans. Tous résident, en attendant leur éventuelle autorisation de séjour, dans un centre d'accueil et d'hébergement, près d'Annecy. Ils s'y entassent à 66 et il existe 400 autres centres du même genre en France. C'est mieux que rien. Ils ont droit à des cours de français dispensés par des associations locales et l'on s'occupe de leur faire obtenir des papiers en bonne et due forme. Avant la Maxi race, ils se livrent à un entraînement hebdomadaire sous la houlette d'un dénommé Cyrille Jeanclerc, consultant en marketing, fondu de sport et généreux en diable. De même que d'autres coureurs locaux qui viennent l'assister dans sa tâche, il fait cela bénévolement. Il emmène également ses gars à la piscine et apprend à nager à ceux qui ne savent pas. Beaucoup de ces jeunes qui ont échappé à mille dangers et n'ont aucune certitude quant à leur avenir, sombrent facilement dans la dépression. La perspective de participer à la Maxi race n'a d'autre enjeu que leur propre satisfaction. On est aux antipodes d'un Neymar.

Ce qui frappe, c'est la relation de Cyrille Jeanclerc avec eux. Un regard d'homme à homme et non de Gaulois à réfugiés ni d'entraîneur à sportifs professionnels. Le départ est donné nuitamment, à 3 heures 45. Ils sont presque tous là. Il n'y a que deux défections, compensées par la participation de deux autres migrants fraîchement arrivés et sans entraînement ( mais qui s'en tirent très bien). L'un, fatigué pour cause de ramadan, a tenu à à être là quand même. Je ne sais plus qui gagne et je m'en fous complètement. On reçoit une sacrée bouffée d'humanité et c'est tout ce qui compte. Si seulement le sport, c'était ça, je crois que ça m'intéresserait. Ah oui, une dernière chose : le centre d'accueil reçoit moins de 7 euros par jour et par résident. C'est juste un peu moins que les pros de la Ligue 1.

Le maire de Roanne, Yves Nicollin, ne manque pas d'air. Par voie d'affiche, il demande à ses administrés de l'aider à financer la rénovation du théâtre municipal alors qu'après les dernières élections il a, j'en ai déjà parlé, doublé son salaire !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article