Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Samedi 15 mars : manif monstre à Roanne (et ailleurs) : un millier de participants. Autant que pour Charlie. Une différence notable : Yves Nicolin n'était pas là, en tête, avec son écharpe de maire.

J'ai regardé un peu de tous les côtés. Je n'ai pas vu de jeunes manipulant leurs portables mais des pancartes avec des slogans empreints de sagesse (« Que nous diront nos enfants ? Rien. Il n'y en aura pas »). J'ignore s'il est vraiment trop tard à cause de nous qui avons grandi durant les Trente Glorieuses et avons consommé tant et plus ; nous n'avions pas de portables parce que ça n'existait pas ; d'autres produits nous étaient proposés : les fabricants de toutes sortes avaient compris que le marché des ados était en train de naître ( pour prendre un exemple que je me targue de connaître assez bien, la chanson, il y avait deux courants : la chanson rive gauche, le parent pauvre qui avait des choses à dire mais était cantonné au circuit des MJC, et, pour le « grand » public, la déferlante yéyé où il était question de plages, de derniers baisers, de gentillettes histoires de flirt ( pas de cul, on savait se tenir !), même si quelques-uns comme Anne Vanderlove, Claude Nougaro, Leny Escudero ou Jean Ferrat, avec « Nuit et brouillard », ont réussi à se faufiler entre les gouttes). En tout cas, ce mouvement responsable de notre jeunesse fait chaud aux tripes.

On parle de Greta Thunberg pour le Nobel. On s'en fout totalement, et elle aussi, j'espère. Le Nobel marque un aboutissement. Ça voudrait dire qu'elle a bien mérité de l'humanité et qu'on peut repartir comme en 60. La défense de l'environnement n'est pas un concours !

Samedi, au milieu des marcheurs pour le climat, se trouvaient quelques Gilets jaunes (tous regroupés), avec des revendications quelque peu différentes : « Macron démission ». Certes, mais pour aller où ? Leurs slogans étaient même quelque peu contradictoires avec ceux des marcheurs : « Moins d'impôts » (donc, pas de taxe carbone?). Certains essayaient bien de faire la synthèse : « La planète bleue a besoin de jaune pour redevenir verte ». Ce n'était guère convaincant. Je crois qu'ils auraient mieux fait d'ôter leurs gilets et de participer au défilé en tant que simples citoyens responsables. C'eût été mieux perçu.

Dimanche, on a retrouvé le meilleur de « C politique » où Karim Rissouli avait invité le philosophe Michel Serres. Optimiste viscéral mais quelque peu désabusé en ce qui concerne l'environnement. Avec la révolte des jeunes, il trouve malgré tout une raison de ne pas désespérer tout à fait. Dans la première partie de l'émission, étaient présentes une lycéenne, Auriane Duguay, et une collégienne, Issia Lorrain, toutes deux d'une étonnante maturité. Quand invitera-t-on des personnes de cette envergure à « C dans l'air » ?

Avant leur intervention sur le plateau, on a pu voir un extrait de reportage avec des manifestants teenagers bloquant l'entrée d'une banque et un employé agacé qui leur disait qu'ils (et surtout elles, en nette majorité) « n'y connaissaient rien ». C'est vrai, quoi, qu'ils préparent leurs interros et qu'ils crèvent la gueule ouverte!

Dommage que Jeanmarine n'ait pas été élue. Elle aurait certainement institué un SMIC horaire à 36 euros !

Lapsus entendu sur FRANCE INFO, le mercredi 20 mars : « Le carnaval, euh, le cardinal Barbarin". Est-ce à dire que le primat des Gaules est un guignol ?

 

 

 

 

photo 1 : le Pays -  Marche pour le climat des lycéens, vendredi 15 mars, à Roanne. © Agence ROANNE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article