Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Près d'un cimetière d'ailes à mille surfaces d'épaisseur

Une petite chapelle gémissait en longues lézardes

Violée d'espace et de temps

Par un ARBRE centenaire

Dont l'étreinte vigoureuse

Était sans cesse régénérée

Par le désir violent

D'une jalouse et sauvage reconquête.

 

A la source profonde de mille automnes d'arbres

Je me retrouve habitée par le souvenir de cette chapelle VIDE.

Un comble !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article