Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Il est une île au beau milieu de l’océan, là où
Il est le plus incurvé vers les astres ; une immense
Région, dit la légende ancienne, autrefois bienheureuse
Pour ses moissons éternelles et nourricière pour des mortels.
C’est en vain que la cherche aujourd’hui le nocher
Parmi les ondes, invoquant tantôt nos astres, tantôt ceux
De l’autre hémisphère ; et s’il est joué par son désir,
Il voit de loin pâlir ses monts dans l’aube,
Et sollicite les vents, et selon l’antique tradition
Il l’appelle Atlantide. Mais par Phœbus
Elle est dite Ciel de Pallas, depuis que la sainte
Pallas Minerve, courroucée contre ses habitants,
Que leur sol riche et leurs unions lascives
Rendaient paresseux au travail et ingrats envers Jupiter,
Les expulsa au fin fond de l’Asie, et ceignit le pays merveilleux
D’un ciel que seuls les Dieux peuvent franchir.
Aussi, à chaque fois que le désir de massacre
Pousse les mortels à se faire la guerre, et qu’à la divine
Liberté ils offrent d’impurs sacrifices de sang ;
Ou qu’ils vendent leur âme et leurs épées aux rages
De tyrans étrangers, ou qu’en de cruelles expéditions
Ils suivent un roi avide qui réserve à des peuples
Innocents des chaînes et des deuils à ses populations ;
Alors Pallas laisse les Gorgones accompagner Mars,
Et seule elle tient la lance paternelle
Avec laquelle elle supervise les rois veillant à la défense
Des lois et des autels, et grâce à laquelle
Resplendit, sacré, le triomphe aux yeux des héros magnanimes.
Puis dans son île Minerve se réfugie,
Et toutes les Déesses mineures, à qui Jupiter permit
D’être ses chères disciples, elle leur apprend
Toutes les nobles disciplines ; et là les danses sont chastes,
Et là les chants sont purs, et les fleurs sont sans givre
Et les prés verdoyants, le jour doré
Toujours, et les nuits étoilées et limpides.

( la raison et la grâce )

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article