Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

À la santé des braves !
À la santé des larves !…
Et puis à la santé 
Du rêve américain !
J’suis fatigué putain…
J’suis brisé tout entier !
Du grenier à la cave,
Y’a les couleurs qui bavent !

J’suis tout cassé frérot,
C’est ce manque de trop
Qui m’a foutu en l’air ;
Qui m’a laissé exsangue !…
Le manque de sa langue
Glissant sur mon enfer !
Un nanti… Un zéro…
Ou un anti-héro ?

Tu sais, ici aussi,
Sans cesse et sans répit,
Dedans, dehors, il pleut
Ces satanés silences
Qui freinent la cadence
Des sourires de peu...
Y’a des trombes de Nuit
Qui me noient sous l’ennui.

À la santé des roses !
À la métamorphose !
J’ai jamais su danser,
Faites tair’ la musique !
Putain j’suis pathétique
À vouloir embrasser
La poésie des choses
Et ses paupières closes…

J’suis presque mort frangin,
J’ai plus que mes refrains
Pour éviter le pire
Et pour donner le change.
Du sang sur les phalanges,
Je me forge un empire
Où des mots de satin
En côtoient des malsains…

Ici, tu sais, j’me lasse
De ces fantômes crasses
Errant sur les trottoirs
De la médiocrité !
Ici j’crève tu sais
Dès que tombe le soir ;
Dès que l’alcool efface 
Et le temps et l’espace…

Demain sera semblable
À ces châteaux de sable
Que le reflux arrache
Aux mômes pour toujours ;
Semblable à ces amours
Que la tristesse gâche !
Demain n’est qu’une fable
Pour le poète affable.

À la santé des fous
L’âme criblée de trous…
Et puis à la santé
Des monstres trop honnêtes
Voyant rouler leurs têtes
Au milieu des regrets.
À la santé des fous
Dont on n’sent plus le pouls…

Atroce et somptueux,
Monde scindé en deux…
Et ses mains qui me manquent…
Puis ses soupirs aussi !
Allez, adieu !… merci !…
Sale époqu’ pour un branque.
Allez, merci !… adieu !…
J’aurais fait de mon mieux…

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article