Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Carmen Montet

Dans le cadre du Printemps des poètes 2018, Carmen nous fait la joie de nous offrir ce trio de poèmes pour célébrer l'ARDEUR ! Belle lecture à tous(tes) !

Lettre d'un vagabond à Agnès
J'avais choisi le chemin pour dissiper les doutes de demain
Pour vivre libre et sans lien, pour décider de mon destin.
Je t'ai rencontrée , un soir d'été dans les auberges de l'amitié,
Tu étais si jolie avec tes yeux azur
Tu m'as séduit de ton regard si pur .
Et puis plus rien n'a compté pour moi, les autres étaient si loin déjà.
Nous sommes restés ensemble dans cette grande chambre
Nous n'avons émergés qu'au petit matin :
Deux amoureux se tenant par la main.
Je suis resté quelques jours pour te combler d'amour,
J'étais troublé, et je t'ai quittée à l'aube naissante,
 Je t'abandonnais à tes rêves d'adolescente.
Je te laissais cette lettre :« Agnès ma faiblesse,
Adieu et à toujours. Tu trouveras l'amour.
Grandis. Poursuis ta vie ! Ne m'attends pas.
Ne me regrette pas.
Je ne suis qu'un vagabond qui marche vers l'horizon.
Tu as été une colombe dans mon ciel
Une source blonde, la fleur la plus belle. »
J'ai voyagé alors de ville en ville ,de port en port
Découvrant peuples et continents, libre comme le vent
En fuite de moi-même dans une solitude extrême,
J'avais peur du bonheur . N'était- il pas qu'un leurre ?
Mais tu avais raison : notre amour serait le plus fort
Il traverserait les ponts , les années les aurores !
Agnès ne cherche pas à me revoir
Je n'ai pas le droit de troubler ton histoire.
J'avais besoin de soulager mon coeur
J'avais besoin de confesser mes erreurs.
Tu fus la rencontre la plus importante de ma vie
Celle qui compte, qui a du sens..mais que j'ai fuie

Albert Morand. Le vagabond. Aquarelle 

Les coeurs Ardents
Je ne savais pas après ces années d'hiver
Revoir la lumière briller si près de moi.
Cette rencontre là , est la rencontre d'une vie
Le sourire qui guérit, le réveil de soi.
Tant de paroles ,tant de mots
Tant d'élégance ,tant de beau
M’emmurent jusqu’à mes fondements
Quand intelligence rima avec sentiment.
Rencontre éphémère et première
Dans le discours de la guerre
Des pages importantes d'Histoire
De souvenirs de ma mémoire.
Je vivais ces moments intimidée
Mais tout mon être était en paix
Je parlais ,expliquais, existais
 Parmi les sourires des invités .
Depuis les jours ont défilé
Dans la brume de l'hiver
Sans que je ne puisse oublier
Cette journée extraordinaire.
Quand l'émotion et le devoir
 S'unissent dans un regard
Quand la pudeur et l'ardeur
 Enflamment alors les coeurs
Que demander de plus à la vie ?
Avoir ,enfin ,rencontré l'autre , lui !
Et puis nos sommes partis ,chacun de notre coté
Sur les chemins de l'ennui et je n'ai cessé.
De me remémorer ces instants solennels
Dans cette assemblée officielle
Qui rendaient un hommage vibrants
Aux combattants , aux coeurs ardents .

L'Ardeur - Printemps des poètes 2018 - Carmen Montet

L'appel du printemps
Voici que la nature renaît
Après le long règne de l'hiver
Voici que réapparaît
La première primevère.
Voici que mon jardin s'éveille,
Après des mois de long sommeil
Et que sortent de la terre d'avril
Les premières pouces fragiles .
Voici que Germinal s'installe
Dans les serres et le potager
Que fleurissent sous les dalles
Quelques fleurettes ignorées.
Voici que le cerisier et le pécher
S’habillent de fleurs graciles
Comme le pommier et le poirier,
Dansant au soleil docile.

Avril ,messager du printemps
Tu arrives en chantant
De bon matin
Dans mon jardin.
Tes jours grandissent
Tes arbres fleurissent
Tes jardins se tapissent
De jonquilles et de narcisses.
Avril ,tu délivres la terre
Prisonnière de l'hiver.
 Et tel le prince du bois dormant
Tu réveilles mon jardin endormi
En déposant sur son lit
Un rameau de bourgeons éclatants.

L'Ardeur - Printemps des poètes 2018 - Carmen Montet


A vous les Poètes
Avec ma plume, j'aimerai comme Prévert
Imaginer un bonhomme d'hiver ou un militaire
Qui mettrait en cage son képi
Pour sortir tout ravi,
Avec un oiseau en guise de chapeau
Je peindrai le visage du bonheur
De toutes les couleurs
Avec le Cancre et Barbara
Sur les quais du désarroi
Et je chanterai les feuilles mortes
Que je balayerai devant ma porte.
Je construirai un grand pont sur l'onde
Comme l'écrit Paul Fort
Et je ferai le tour du monde
Pareil à Ulysse je reviendrai alors
Revivre ma vie dans mon petit village
Comme Du Belay à la fin de son âge
J'écrirai sur le sable sur l'horizon
Sur le phare ton nom comme Paul Eluard
Et je jouerai sur les violons, les sanglots longs
Pur Verlaine et Verhaeren
je prendrai une barque je glisserai sur le lac
A la recherches des heures sublimes
Avec mon ami Lamartine
Puis j'accosterai près d’une rivière
Cachée près d'une montagne fière
je découvrirai près de l'eau
le jeune soldat de Rimbaud
Alors je m’en irai lassé, vivre ma bohème
Coeur serré souliers serrés
Plein d’amour et de haine.
J'irai voir le pont Mirabeau
A la recherche des amoures perdues
Au fil du temps au fil de l'eau
Comme Apollinaire n'espérait plus
Et je cueillerai en désespoir
la rose éclose de Ronsard.
Enfin j'écrirai mes derniers mots
Comme l'ont fait Robert et Fedérico
Avant de mourir assassiné
Les chantres de la liberté

L'Ardeur - Printemps des poètes 2018 - Carmen Montet
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article