Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Un éléphant blanc vit dans la forêt himalayenne.
Il a de longues et magnifiques défenses. 
Chacun vient lui demander son aide qu'il ne refuse jamais. 
Tous les animaux l'aiment beaucoup.

Autrefois, il était le chef de tous les éléphants de l'Himalaya. 
Il n'aimait pas la méchanceté, l'irritabilité et la haine.
C'est pourquoi il les a abandonnés 
Pour vivre dans la solitude et s'adonner à la méditation. 
On l'appelle maintenant le bon roi des éléphants.

Un jour, un homme se perd dans la forêt himalayenne. 
Il appelle au secours. 
L'éléphant blanc entend ses gémissements désespérés.
Il est pris de compassion et se porte à son secours. 
Il tend sa trompe vers l'homme qui recule, effrayé. 
Pendant un certain temps, l'éléphant s'avance et l'homme recule. 
Mais l'homme remarque que l'éléphant s'arrête 
Lorsque lui-même tente de se sauver. 
Il se dit que l'éléphant ne lui veut pas de mal.
Finalement, il reste immobile.


L'éléphant au bon cœur s'approche et lui demande :
" Pourquoi cries-tu ?
- Je me suis égaré et j'ai peur de périr dans la forêt.
- Cesse d'avoir peur et je vais te remettre sur ta route. "

L'éléphant blanc prend l'homme avec grandes précautions,
Le dépose sur son échine et se met en marche. 
L'homme observe minutieusement le chemin. 
Lorsqu'ils atteignent la grand-route,
L'éléphant le dépose à terre et lui dit :
" Te voilà sur ta route.
Ne raconte à personne ce qui t'est arrivé. "

L'homme retourne à Bénarès. 
Il se précipite chez des artisans-joailliers.
" Combien me donneriez-vous pour les défenses d'un éléphant vivant ? 
- Les défenses d'un éléphant vivant, répond le plus ancien,
Valent beaucoup plus que les défenses d'un éléphant mort. 
Apporte-les et nous te paierons royalement. "

L'individu se munit d'une scie et repart dans la forêt.
L'éléphant le voit arriver. 
" Qu'est-ce qui t'amène, lui dit-il ? 
- Je n'ai pas de quoi manger.
Donne-moi une de tes défenses.
Cela me permettra de vivre. "
La stupéfaction de l'éléphant est extrême.
Mais, après un instant de réflexion, il répond :
" As-tu un outil pour couper la défense ?
- J'ai apporté une scie. "
Alors l'éléphant se couche et laisse couper sa défense de gauche. 
L'homme reprend : " Une défense ne va pas sans l'autre. 
Laisse-moi couper celle de droite. "
L'éléphant, au coeur d'or, n'oppose aucune résistance. 
Le curieux personnage repart avec ses deux défenses. 
Il les vend à un très bon prix.
Mais l'argent est vite dilapidé.

Notre homme revient voir l'éléphant. 
" Je suis à nouveau dans la misère.
Pourrais-tu me donner le reste de tes défenses ? "
L'éléphant blanc accepte,
Se disant que, puisqu'il avait donné les défenses,
Il pouvait aussi donner les restes.
Les restes sont sciés 
Et sont très rapidement vendus aux artisans de Bénarès. 
Mais l'argent mal acquis s'envole à nouveau.

Nouvelle visite auprès de l'éléphant.
" Tu m'as donné tes défenses, tu m'as donné les restes.
Peux-tu aussi me donner les racines
Que j'aille aussi les vendre pour vivre ? "
L'éléphant pense que les racines font partie des restes. 
Il accepte la demande de son étonnant interlocuteur,
Qui creuse là où étaient les défenses
Et en retire les deux racines. 
L'homme étrange s'en va heureux, sans dire un mot. 
L'éléphant offensé le regarde s'éloigner, le cœur lourd.

Mais la terre, qui supporte le poids des montagnes,
Ne peut supporter le poids de la méchanceté de ce misérable. 
Elle s'effondre sous ses pas et précipite sa dépouille
Dans le feu qui brûle en son centre.
( Contes de l'Inde, éd. Gründ)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article