Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'amour perdu

Quelque part en Méditerranée,

Amour perdu, où es tu ?

Dans cet espace-temps

Semblable au néant,

Vogue et vague ma conscience

Vogue et vague ma souffrance.

Je n'aime plus l'eucalyptus

L'olivier, l'oranger,

Ces villages de Provence

Souvenirs de mon enfance

Souvenir d'aujourd'hui,

Où naquit mon amour,

Au soir d'un nouveau jour,

Dans la musique de la nuit.

Je n'aimerai plus ces journées

Que juillet accablait,

Ces nuits où mon âme rêvait.

Je n'aimerai plus

Cette cité aux couleurs bigarrées

Berceau de ma douleur

Tombeau de mon bonheur.

J'ai tant aimé

Cet étrange été

Où nous jouions à nous tourmenter,

Où nous jouions à nous chercher.

J'ai tant aimé ces instants de joie

Où plus rien n'existait que toi !

Où tout prenait un sens,

Par ta seule présence.

J'aimais l'eau, le soleil,

Sur ta peau, sur tes lèvres.

J'aimais te regarder,

Vivre rayonner,

Dans ton milieu protégé,

D'amoureuses entouré.

Je voulais te conquérir,

T'emprisonner, te chérir.

Vogue et vague ma conscience,

Vogue et vague ma souffrance,

Dans l'océan de l'inconnu,

Je cherche l'amour perdu,

Que le destin m'a ôté,

Que la vie m'a volé !

Attente incertaine

Cour d'école joyeuse au soleil d'été,

Sous l'ombre ténébreuse des grands marronniers,

Dans la foule rieuse bruyante et bigarrée,

Dans ces heures heureuses, tu m'as retrouvée.

Tu étais là et tu attendais

Que mes pas me guident vers l'estaminet

Près duquel tu demeurais.

Tu m'as dit : "bonjour ! et je t'ai salué

Et au milieu de cette cour, de cette assemblée

Mon cœur s'est mis à battre

Comme un insensé

Dans la tiédeur opaque

De ce soir d'été.

Dans la musique de la fête

Tes mots prononcés tout bas

Résonnaient dans ma tête

Comme un chant de joie.

Je te croisais au hasard des allées

Je savais ton regard sur moi posé,

Mais mes yeux devant toi se baissaient

Car je savais qu'on nous observait.

Mais aujourd'hui l'absence est souveraine

Et dans ces heures latentes qui s'égrènent

Ma plume, unique confidente de mes peines,

Pourra calmer l'attente incertaine.

 

Tag(s) : #Poésies

Partager cet article

Repost 0