Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par f devesa

La nuit...

La nuit pleure des étoiles du fond de son histoire
Mais en touchant le sol ses pleurs se changent en fées.
On dirait que le temps devient le grand miroir
De nos idées perdues, de nos rêves égarés.

La nuit est une fille qui arpente les rues,
Ses longs cheveux brillants parfumés de silence.
A tous les sans-abri, elle offre sa vertu,
Elle a plus de mille ans passés dans son errance.

La nuit, tendre secret, recèle des trésors,
Les mots du crépuscule deviennent des messages,
Et de grands Albatros aux longues plumes d'or
Traversent l'infini comme un livre d'images.

La nuit est une femme aux pupilles d'argent,
Au doux visage en fleurs tout écumant d'étoiles.
Elle est un univers, elle est un océan
Qui s'étend sur la terre en y jetant son voile.

La nuit peint des lucioles, des cristaux de lune,
Elle est sein maternel de tous les Lorialets,
Des buveurs d'illusions, des vagabonds des dunes,
Des roses desséchées de tous les mal aimés.

La nuit est mystérieuse comme une dame blanche
Qui a, pour ses enfants, tant d'histoires à conter.
Les pensées s'enveniment, les rêves s'endimanchent,
Elle est une sirène dévoilant ses secrets.

Elle fait naître en nous tant d'imagination,
De toute galaxie, elle devient maîtresse.
Dans sa robe de deuil, elle fait les moissons
Des vieillards rendus et des mamies tendresse.

La nuit est une dame aux larmes nostalgiques
Qui se métamorphose en cygne au point du jour.
C'est une walkyrie aux armes magnifiques
Qui est douce et fidèle à son hymne à l'amour.

Poésie - la nuit - Fabrise Devesa

Commenter cet article