Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les animaux qui voulaient se choisir un président
Ils étaient venus des quatre coins

Des savanes, des déserts, des jardins

Venus assister au grand débat

Pour élire leur président, leur candidat.
Le candidat à l'investiture suprême

Celle du président des animaux

Celle du grand chef des troupeaux

De tous les fauves, reptiles, et  sirènes.
Ils étaient là cinq sur des bancs

Il manquait cependant

Six autres « petits »  prétendants

Qu'on avait jugés inintéressants !
Le public était venu nombreux

Soutenir son champion

Et les candidats anxieux

Attendaient fébriles  l'émission.
D'abord ce fut la hyène sévère

Qui se mit à parler sans mystère

Des bêtes migrantes étrangères

Qui envahissaient nos frontières .
Puis ce fut le tour du vieux chien

Bon orateur bon tribun

Qui fit fi de tous ses adversaires

Les renvoyant  dans la poussière.
Vint un jeune étalon

Tout neuf sans blason

Qui voulait réconcilier tout le monde

Et faire une ronde autour du monde.
Et puis il y eut le corbeau silencieux

légant jusqu'aux yeux

Bien que gêné par des casseroles

Qui lui pendaient au nez au cou aux épaules

Do ré mi fa sol !
Et enfin un joli chat gris

Qui semblait se fondre dans la nuit

Qui proposa la pâtée universelle

Pour que la vie soit belle !
Tous discouraient longtemps

Faisant fuir les assistants

Ennuyés par ces longueurs

Et les promesses de ces farceurs .
Ils allèrent  de ce pas

Grossir les rangs

De ceux qui ne votaient pas

Ou qui voteraient blanc.


Moralité
Ni hommes ni bêtes

Ne mérite  qu'on le traite

Sans égards  ni  considération

Sans risquer la révolution !

Tag(s) : #Poésies

Partager cet article

Repost 0