Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Archives

Publié par Yolande Moyne Larpin

Un Dahu audacieux

Résultat d’images pour gif dahuC’était dans l’ancien temps. Le temps de Croquemitaine, du loup-garou et du Dahu.
Le dernier rejeton de la famille Dahu n’était pas du tout comme ses frères. Bien sûr, il ressemblait un peu aux autres petits Dahu. Et même à ses cousins Chamois. Comme eux, il avait quatre pattes, de belles cornes et un pelage bien roux.
Mais son caractère était différent. Les autres aimaient gambader, rire et folâtrer, sans se poser de questions. Lui était curieux de tout. Et tous les jours, il demandait à ses parents Dahu : - Qu’est-ce qu’il y a derrière la montagne ? Et si on montait tout en haut, est-ce qu’on pourrait toucher le ciel ?
Ses parents étaient bien embarrassés pour répondre. Le grand-père Dahu leur avait toujours dit qu’il ne fallait pas monter tout en haut, parce qu’ils tomberaient de l’autre côté. Et comme la pente à grimper était raide, ils n’avaient jamais essayé pour voir si c’était vrai.
Un jour, le petit Dahu décida d’aller explorer le sommet de la montagne. Sans rien dire aux autres, il prépara son baluchon. Il se coucha de bonne heure. Puis il partit avant le lever du soleil.
Il grimpa longtemps, longtemps… Plus il montait, plus le sommet paraissait loin. Il faisait déjà nuit. Alors, à moitié mort de fatigue, il s’assit pour se reposer un peu. Et il s’endormit.


Un long voyage

Résultat d’images pour gif dmontagneLe lendemain quand le petit Dahu ouvrit les yeux, il ne reconnut pas sa montagne. Elle ne montait plus… elle descendait ! Elle descendait si loin, si loin, qu’on ne voyait pas le fond…
Tout heureux, il commença à gambader. Il en aurait des choses à raconter à tous les Dahu ! Mais la pente de la montagne était si forte de ce côté qu’il se mit à descendre, vite, vite, sans pouvoir s’arrêter. Il courut de plus en plus vite, si vite, que, dans son élan, il commença à grimper sur une autre montagne qui était en face…
En courant, il s’était perdu. Mais il n’avait pas peur, parce qu’il avait des cornes solides pour se défendre. Et comme il ne rencontrait personne, il continuait toujours à courir et à sauter d’une montagne à l’autre.
Chez les Dahu, les parents disaient toujours : « Tous les chemins mènent à Rome ! » Alors il pensait qu’il arriverait bientôt à Rome…
Un matin, quand il se réveilla, il aperçut, très loin, tout en bas, une immense plaine. Mais cette plaine était curieuse… elle brillait au soleil. Il pensa d’abord que c’était Rome. Mais, en regardant mieux, il lui sembla que c’était de l’eau…
De l’eau ! Il n’en avait jamais vu autant à la fois ! Au moins, s’il allait là-bas, il pourrait boire tout son saoul, sans attendre qu’il pleuve ou qu’il neige. Peut-être même qu’il rapporterait de l’eau pour toute sa famille…
Le petit Dahu prit son élan… Il sauta et il courut de plus en plus vite, si vite, si vite, qu’il faisait des bonds hauts comme les arbres !
Quand il fut presque en bas, il rassembla ses forces pour sauter jusque dans l’eau… Il sauta si loin, si loin, qu’il arriva de l’autre côté de la mer…!
Quand il s’arrêta enfin, il regarda autour de lui. Ce n’était pas une montagne. C’était une vraie plaine, longue, longue… On n’en voyait pas le bout. Un peu découragé, il pensa qu’il n’arriverait jamais à Rome.

 

D'étranges cousins

Il n’y avait personne dans cette plaine… Mais si ! En regardant mieux, il vit des cousins Dahu qu’il ne connaissait pas.

- Qui êtes-vous ? demanda-t-il. Et pourquoi, au lieu de courir comme tous les Dahu, vous  sautez comme des cabris ?

- C’est que nous ne sommes pas des Dahu ! dit un de ces animaux bizarres. Tu vois, nous n’avons pas de cornes… Nous sommes des Kangourous !
En parlant, il avait toujours le hoquet. Il recommença à sauter.
Tous les Kangourous avaient une immense queue qui les aidait à sauter loin. Mais ils ne pouvaient pas s’arrêter de courir, parce que leurs pattes de devant étaient trop courtes… elles ne touchaient pas par terre ! Elles avaient l’air de deux mains minuscules tout juste bonnes pour caresser leurs petits…
Les petits… ? Ah ! ils avaient bien de la chance, les petits ! Ils restaient tranquilles… Sans se fatiguer, ils voyaient tout ce qui se passait !
Notre jeune Dahu était tout émerveillé. Les mamans Kangourou avaient
Résultat d’images pour gif kangourou une poche sur le ventre, pour promener leurs petits. Pas une poche en tissu, une poche en peau de Kangourou, faite pour ça ! Et les mamans, en promenant leurs enfants dans leur poche, les balançaient en sautant sur leurs pattes arrière… C’est comme ça que les pattes avant des Kangourous étaient devenues des mains pour caresser leurs petits…


Le retour de Tonton Dahu

Longtemps après ce grand voyage, Dahu revint dans son pays. Sa famille ne le reconnut pas tout de suite.
Il avait grandi. Il était même devenu Tonton Dahu. Et puis il avait changé. A force de sauter avec les Kangourous, ses deux pattes qui étaient du côté de la montagne étaient devenues plus courtes que les deux autres… C’était comme si la montagne ne montait plus ! Si bien que Tonton Dahu avait pu revenir de son long voyage sans se fatiguer…

Depuis ce temps-là, tous les Dahu, même les petits, ont des pattes comme celles des Kangourous.  Mais, en plus, c’est du côté où ça monte qu’elles sont plus courtes… Si bien que les grands-pères Dahu peuvent encore courir dans la montagne, comme si elle était plate. On les rencontre surtout la nuit, tout en haut, parce que, maintenant, ils n’ont plus peur de tomber de l’autre côté…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article