Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par P thevenin

Afficher l'image d'origine

Toi, l'épouse modèle, la Fillon au foyer,

Qui pour nulle besogne grassement fus payée,

Toi, l'invisible Penelope,

Qui, manifestement, de la Sarthe à Paris

Sans suivre ton petit bonhomme de mari,

Palpas des biftons interlopes (bis).

 

Dans ton vaste manoir, tandis que ton François

Que les langues méchantes nomment Fanfan la joie,

Menait vertueuse campagne,

Dans la tiédeur du soir, sur ta couche alanguie

N'as-tu jamais songé à ces pauvres gens qui

N'ont d'autres châteaux qu'en Espagne ? (bis)

 

Mais les folliculaires, espèce terre à terre,

Dès leur mise au parfum, le bon peuple alertèrent

Sur les funestes enveloppes,

Aussi gardez-vous bien, femmes de prétendants,

De susciter ainsi la grogne des sans-dents

En vous la jouant Penelope ! (bis)

 

Le FN ne s'est guère exprimé sur l'affaire, on se demande pourquoi.Afficher l'image d'origine Lui ne s'est jamais livré à des pratiques de ce genre : ce n'est pas comme s'il avait utilisé le fric du Parlement européen (environ 300 000 euros) pour salarier une vingtaine de prétendus assistants qui auraient travaillé exclusivement pour le parti. Pas de ça chez eux : tête haute, mains propres. Ceci dit, il paraît que c'est le parti qui a récolté le plus de condamnations mais on n'arrête pas le complot.

Il paraît que, suite à l'affaire Penelope, les bismuthistes et les juppéistes se marrent doucement et que, d'autre part, Pépère a assuré le minimum syndical en recevant l'élu Hamon. Le rassemblement, tant à hue qu'à dia, c'est comme si c'était fait. Bismuth lui-même a envoyé à son ex-collaborateur un message de soutien. Histoire d'enfoncer le clou.

Afficher l'image d'origineBernard Accoyer affirme avoir vu, du haut de son perchoir, Penelope à l'Assemblée. Comme la droite fait, depuis 5 ans maintenant, sa traversée du désert, il aura été victime d'un mirage.

Un qui dit un grand merci aux Fillon, c'est « Le Canard » qui, depuis les diamants de Giscard, n'a pas dû vendre autant d'exemplaires.

Il semble, Dieu (ou plutôt la Constitution) merci, que Trump ne puisse Afficher l'image d'originepas faire tout ce qu'il veut. Aux États-Unis, il y a, c'est bien le mot, des garde-fous. Ses décrets anti-immigration se sont vus retoqués par le juge James Robart (du moins provisoirement). Il n'en va pas de même dans l'Hexagone. Alors, braves gens, à vos bulletins ! À la question « Trump est-il un dictateur ? », on peut répondre« non », tout simplement parce que le Mammuth n'a pas l'air de l'apprécier.

Commenter cet article