Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Si tu devais venir à l'Automne,

Je chasserais l'Été,

Comme mi-sourire, mi-dédain,

La Ménagère, une Mouche.

 

Si je pouvais te revoir dans un an,

Je roulerais les mois en boules -

Et les mettrais chacun dans son Tiroir,

De peur que leurs nombres se mêlent -

 

Si tu tardais un tant soit peu, des Siècles,

Je les compterais sur ma Main,

Les soustrayant, jusqu'à la chute de mes doigts

En terre de Van Diemen.

 

Si j'étais sûre que, cette vie passée -

La tienne et la mienne, soient -

Je la jetterais, comme la Peau d'un fruit,

Pour mordre dans l'Éternité -

 

Mais, incertaine que je suis de la durée

De ce présent, qui les sépare,

Il me harcèle, Maligne Abeille -

Dont se dérobe - le dard.

(Extrait de Car l'adieu, c'est la nuit, Poésie Gallimard n°435, traduction de Claire Malroux)

Poème en Novembre : Emily Dickinson - Automne
Tag(s) : #poetes incomparables

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :