Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par carmen Montet

 

 

Les peuples pré-colombiens d'Amérique du Sud ont développé des civilisations, des cultures et des philosophies qui leur étaient propres. Les sociétés précolombiennes étaient animistes ( croyance en une âme ) , polythéistes ( plusieurs dieux) et/ou naturalistes.    

 

En chaque Dieu on retrouve un attribut de l'Être Universel, à divers degrés ( en fait comme dans les civilisations égyptiennes, grecque ou romaine ). On constate que dans les systèmes précolombiens il existe le schéma d'une Âme universelle, d'un Tout dans lesquels les hommes sortent et retournent.  Ceci dit il n’existe pas à proprement parler de philosophie précolombienne mais plutôt un mode de vie basé sur les cycles des saisons, l’astronomie, l’expérience de la sagesse acquise et les interactions avec la Nature.

Afficher l'image d'origine

Ainsi chez les Incas, le culte principal était voué au Soleil, mais il existait aussi d’autres divinités nommées « Huacas ( esprits ) qui étaient liés à des lieux, des formations naturelles, des arbres, des rivières…Le soleil restant la clé de voûte du système. ( comme dans les religions polythéistes ).

 

La Civilisation Maya, elle, bien que s’étalant sur 4600 ans, n’a laissé que peu de traces écrites, donc difficile de dire quoi que ce soit sur une philosophie qui leur aurait été propre. En d’effet, les « conquistadors « ( XV et XVIe siècles ) ont mis un point d’honneur à détruire toutes traces des mayas ( nombreux autodafés, massacres de populations, destructions de temples…) et notamment de leur religion, us et coutumes.

Afficher l'image d'origine

Les Azteques, quant à eux possédaient le plus grand empire mésoaméricain qui ait jamais vu le jour. Empire qui disparut avec la conquête espagnole et l’assassinat du dernier empereur aztèque, Montezuma, en 1520.

Pour bien marquer la différence entre la conception polythéiste occidentale et celle du peuple Aztèque, on peut s'attarder sur la métropole de Teotihuacán qui, en nahuatl, signifie « le lieu où les hommes deviennent des dieux ». Cette immense cité « n'était autre que l'endroit où le serpent apprenait miraculeusement à voler ; c'est-à-dire où l'individu atteignait la catégorie d'être céleste par l'élévation intérieure ». Cette cité « […] évoque le concept de la divinité humaine ».

Pour saisir la pensée philosophique des aztèques, il faut comprendre le concept de teotl. Cette école philosophique a amassé beaucoup plus de textes que les Grecs eux-mêmes, c’est dire son importance. Le teotl régit absolument tout l'univers. Le polythéisme est laissé apparent pour les masses tandis que la vision plus philosophique est réservée aux prêtres. La conception aztèque est originale car elle a une vision panenthéiste du divin ( Le divin se manifeste dans l’univers). Autrement dit l’univers n’est pas une manifestation divine, mais le cadre où le divin se manifeste ).

( source Wikipédia et  Théopédie.com )
Résultat de recherche d'images pour "barre de separation blog"

En conclusion : Comparer deux concepts philosophiques géographiquement très éloignés : celui de l’Europe occidentale et celui de l’Amérique précolombienne peut surprendre mais cette comparaison peut aussi poser les bases d’une réflexion sur des passerelles, des points communs et des similitudes entre ces deux concepts.

Tous les peuples d’Amériques du Nord comme du Sud ont été anéantis par les blancs venus d’Europe ( guerres, épidémies, exécutions, esclavages, suicides…) . C’est le seul qui a vu sa population d’origine disparaître en à peine quelques siècles, tant et si bien que les Européens ont été contraints d’aller chercher en Afrique «  la main-d’œuvre «  ( esclavagisme ) dont ils avaient besoin pour leurs services.

L’Afrique comme l’Asie bien que colonisées par les blancs n’ont pas vu leur population d’origine disparaître. En Australie et en Océanie, les colons n’ont pas cherché à détruire les populations présentes mais les ont contraintes à abandonner leurs croyances pour se soumettre à celle de l’occupant.

Ce qui s’est passé en Amérique est unique dans l’histoire de l’homme : le génocide voulu et organisé des indiens d’Amérique, pour permettre aux « blancs « qui avaient trouvé en ces terres, de l’autre côté de l’océan, une nouvelle patrie, de s’y installer en maîtres. Ces derniers auraient pu partager la terre avec les autochtones, mais ils furent très vite de plus en plus nombreux à débarquer aux Amériques pour commencer une nouvelle vie.

Au Nord ils furent parqués dans des réserves ( pour les survivants quelques milliers de nos jours ), au Sud, ils furent tout bonnement rayés de la carte et avec eux leur croyances, leurs coutumes…

Théatre des Brankignols - Saint Etienne

Théatre des Brankignols - Saint Etienne

Commenter cet article